10 janv. 2019

Mais où sont les pièces d'antan ?

Autrefois, quand on allait chez un commerçant faire un achat, on le payait avec des billets et des pièces, voire avec un chèque si la somme était importante, quelques rares personnes commençaient à utiliser leur carte bancaire, mais tous les marchands n'avaient pas de terminaux, et c'était encore confidentiel.

Et puis, les choses ont évolué, évolué tellement vite que l'on en vient à ne quasiment plus manipuler de monnaie sonnante et trébuchante. La carte bancaire a tout balayé sur son passage, qu'il s'agisse d'achats à distance sur Internet, ou de la simple baguette de pain que l'on peut régler sans contact en approchant seulement la carte du terminal. Les chèques, eux, résistent encore un peu, pour tout ce qui est envoi par courrier (enfin, ce qu'il en reste).

De la caisse du supermarché jusqu'au péage de l'autoroute en passant par les locations de voiture, tout passe par la carte bancaire, omniprésente et inévitable. A tel point que la grande angoisse est de perdre ce petit rectangle de plastique dur !

Il faudrait que l'on puisse se faire greffer la puce sur soi, sous la peau sur une partie du corps accessible, parce qu'on ne va quand même pas se déshabiller en public pour se poser le terminal sur le ventre ou sur les fesses, ça ferait désordre !!! Mais au moins, on l'aurait toujours sur soi sans risque de l'égarer ou de se le faire voler.

Il paraît qu'on peut aussi régler des achats avec son smartphone... J'ignore comment on procède, mais là, faut surtout pas oublier de le recharger sinon, on serait coupable de grivèlerie.

Avec tout ça nos jolis billets et nos pièces qui brillent voient leur avenir bien compromis. Dans quoi Onc' Picsou va-t-il pouvoir bien plonger maintenant ?


7 janv. 2019

Cahier de doléances

La mairie de mon village a interrogé les habitants afin d'établir un cahier de doléances (on se croirait sous Louis XVI...), certaines questions laissent perplexe, on n'a pas toujours une vue synthétique des problèmes, on a tendance à voir midi à sa porte uniquement.

Maintenant, restera à savoir combien de réponses seront apportées (on avait possibilité de répondre en ligne, ou d'aller en mairie écrire sur un cahier), qui va centraliser tout ça, le lire et l'analyser, en tirer des conclusions.....

Transition écologique

* Comment se loger ?

Oserait-on dire comme on peut en fonction de ses revenus ! Les loyers en ville surtout à Paris, sont exorbitants, et les achats d'appartements aussi. Les maisons en banlieue ou en zone rurale sont plus accessibles, mais imposent alors de longs trajets qui coutent cher sont peu écologiques pour se rendre au travail ou aux lieux de ravitaillement (voir ci-dessous) et obligent, pour peu qu'ils soient un peu anciens, à d'onéreux et longs travaux d'isolation. Un jeune ménage qui s'installe pour la première fois, aura de toutes façons, bien du mal à y parvenir, surtout s'il a des revenus aléatoires..

* Comment se déplacer ?

Si l'on comprend parfaitement qu'il soit impossible d'assurer un service de train ou de bus sur la totalité des zones rurales, encore ne faudrait-il pas stigmatiser en permanence ceux qui ne peuvent pas se passer de leur véhicule pour se ravitailler ou se soigner (tout le monde ne peut pas circuler en bicyclette soit qu'ils aient des enfants, soit qu'ils soient trop âgés, soit qu'ils soient trop chargés), en leur imposant hausses de carburants, limitations de vitesse souvent absconses, etc... Pourquoi pas une détaxe de l'essence pour les territoires isolés ? Et aussi, même si ce n'est pas politiquement correct, supprimer le droit de grève aux transports en commun pour ne pas pénaliser trop d'usagers au bénéfice d'une seule catégorie professionnelle...

* Comment se chauffer ?

Vouloir supprimer les chaudières à fuel à plus ou moins brève échéance dénote une méconnaissance profonde de l'habitat rural qui a rarement l'isolation parfaite souhaitée pour un chauffage électrique, ni l'accès au gaz de ville, sans oublier que si tout le monde se chauffait à l'électricité (et rechargeait ses voitures électriques) il faudrait ouvrir de nouvelles centrales nucléaires pour fournir tout le courant nécessaire, les quelques éoliennes n'y suffiraient pas et leur multiplications gâcherait irrémédiablement le paysage (on se demande pourquoi les écologistes ignorent systématiquement cette atteinte à l'intégrité des sites alors qu'ils sont censés défendre l'environnement) !


Fiscalité et dépenses publiques

* Quels sont les bons prélèvements ?

Les bons prélèvements doivent être équitables. Déjà il est anormal que plus de la moitié des foyers ne paient pas l'impôt. Tous devraient contribuer, même de façon symbolique pour les plus pauvres, pour que tout le monde participe à la vie du pays. Par ailleurs, taxes et TVA sont très lourds à porter, et devraient être repensés pour n'être payés que par les utilisateurs des produits.

* Quel est le bon niveau de dépense ?

Dépenses à quel niveau ? Celles de l'Etat ? Des communes ? Peut-être supprimer des instances inutiles et mal perçues, certains corps de l'Etat qui ne servent pas à grand chose qu'à faire des rapports inutiles ? Diminuer les avantages des ministres et députés, ce serait une goutte d'eau dans l'océan de la dette, mais ça ferait plaisir aux gens qui n'ont que des petits salaires...

* Qu'est-ce qu'une fiscalité efficace et compétitive aujourd'hui

Trop d'impôt tue l'impôt, une fiscalité efficace est une fiscalité acceptée comme étant juste. Ne pas matraquer les classes moyennes dans les successions, par exemple, ou ne pas freiner l'élan des entreprises en leur permettant d'embaucher à moindre coût.

* Comment la rendre plus simple, plus lisible

Juste un exemple : embaucher une femme de ménage, un jardinier, une aide à domicile est bien trop compliqué, d'autant plus que si l'on veut s'en séparer... Donc, le travail au noir est favorisé, ce qui n'est ni juste ni normal. Simplifier toutes les procédures, ne pas accumuler les lois, les contraintes, les procédures.


La démocratie et la citoyenneté

* Comment mieux associer les citoyens à la prise de décision ?

Déjà les informer avec un peu plus de pédagogie (pas de grands mots technocratiques incompréhensibles), mais sachant que les gens ne vont comprendre que ce qu'ils veulent, et s'arcbouter à ce qu'ils pensent sans imaginer qu'ils puissent se tromper, c'est un peu peine perdue. Un référendum ? Mais on va répondre à côté de la question, pour ou contre le gouvernement, quoi que l'on demande dans la question.. Sans illusion pour le résultat !

* Comment mieux représenter les sensibilités ?

En privilégiant la proportionnelle ? Ce qui éviterait une majorité écrasante mais rendrait le gouvernement plus instable. Le dosage est délicat. En tenant compte (sous quelle forme ?) du vote blanc qui a une signification.

* Comment répondre aux questions des français sur l'immigration ?

En luttant en permanence contre les idées reçues la plupart du temps fausses et idéologique (migrants mieux traités que les français, agressifs et dangereux, profiteurs, etc.), chantier vertigineux tant ce "prochain" qui vient d'ailleurs stigmatise toutes les haines.

* Comment mieux vivre ensemble et mener une politique d'intégration plus efficace et plus juste ?

En se connaissant mieux ? En tentant de s'enrichir de nos différences ? Vœu pieux... En aidant les associations caritatives (secours catholique, secours populaire, etc.) qui tentent de vider le tonneau des Danaïdes, et surtout en s'inspirant de ce qu'elles font : alphabétisation, formation, responsabilisation, aide d'urgence, etc.


L'organisation de l'état et des services publics

* Comment organiser la présence de l'état et des services publics sur le territoire national ?

En évitant de supprimer systématiquement les services de proximité, hôpitaux, juridictions, transports, etc. même s'ils ne sont pas rentables. Un service public n'a pas pour vocation d'être rentable et de faire du chiffre (tant mieux s'il en fait..) mais d'aider les citoyens à vivre mieux. Devoir faire 50 kms pour trouver un hôpital en devant prendre sa voiture pour s'y rendre est inadmissible dans nos pays qui ne sont plus "émergeants" depuis longtemps.

* Comment prendre en compte la révolution numérique dans cette organisation ?

En n'oubliant pas qu'il y a une frange de population qui ne peut pas utiliser un ordinateur et internet, parce que leur connexion est famélique ou parce qu'ils ne savent pas s'en servir. Tout dématérialiser (formulaires, factures, etc.) profite surtout aux organismes qui dématérialisent (économies de papier, de frais postaux) plus qu'à ceux qui le subissent. Donc, il faudrait compenser par, d'un côté des formations gratuites, de l'autre une diminution de coût, comme c'était le cas autrefois quand on déclarait ses impôts sur Internet...

* Comment lutter contre le réflexe de la concentration ?

En réalisant qu'en dehors des villes, il y a des français qui essayent de vivre ! Un député devrait systématiquement avoir été (ou être encore) un élu local d'un village ou d'une petite ville afin de mieux connaître les difficultés des territoires et mieux réfléchir aux lois qu'ils édictent. 

29 déc. 2018

Des jours tristes...

Cette période de l'année est déprimante. Passe encore pour Noël qui est une fête religieuse pleine d'espérance pour certains, et une fête de famille pour d'autres, mais ensuite, on passe vite au Nouvel An, et ça se gâte.

Déjà, les jours sont tellement courts qu'on a l'impression d'être dans une nuit permanente, surtout quand il fait gris et sombre comme c'est le cas la plupart du temps au nord de la Loire (*). Les seules lumières sont celles des décorations des rues, pas toujours du meilleur goût, sans parler de celles des maisons des particuliers où la dépense en électricité est proportionnelle à l'horreur des biches lumineuses et autres père Noël suspendus aux fenêtres.

On ne pense qu'à manger, festoyer, boire, se ruiner en denrées de luxe qui seront très vite avalées entre deux coupes de Champagne. Chance encore quand les convives dorment sur place et ne rentrent pas à toutes les heures plus ou moins avinés. Tout ça pour quoi ? Pour se réjouir d'avoir un an de plus....

On se souhaite la bonne année, on espère plein de bonnes choses, mais sans la moindre illusion, et sans trop de sincérité, c'est la coutume, l'habitude, la politesse, mais c'est tout. On s'embrasse sous le gui sur le coup de minuit, entre gens qui ne s'aiment pas beaucoup plus qu'entre les amis des réseaux sociaux, et on retourne à table finir le dessert et le café dans une euphorie et une gaîté plus ou moins feintes.

Bref, on aura compris que, personnellement, j'aimerais bien être un ours, hiberner, et n'ouvrir l'œil qu'avec les bourgeons. Ou alors, partir du 15 novembre au 15 janvier dans l'autre hémisphère, là, où c'est le début de l'été, et ne revenir en Europe qu'une fois les jours allongés.

On peut toujours rêver....

"On est parfois gai pour ne pas être triste, comme ces cultivateurs qui allument des feux de joie dans leur champ pour le défendre contre la gelée."
Citation de Victor Cherbuliez (**) ; Miss Rovel (1875)


(*) On se demande comment font les habitants de Fairbanks qui ont, en ce moment, droit à quelques heures de jour seulement, sans oublier les températures qui dépassent largement les -20°.
(**) Qui est ce monsieur ? Je l'ignore totalement ! Donc, direction Wikipédia qui dit : "(1829-1899). Il est l'auteur d'une trentaine de romans, dont la plupart sont aujourd'hui oubliés", ah ben voilà pourquoi il m'était inconnu !!

28 déc. 2018

Pour une fois que la SNCF....

...Fait quelque chose de vraiment bien.

Combien de fois s'est-on plaint de la SNCF, les trains bondés, en retard, supprimés, les grèves, les problèmes techniques qui entraînent des galères pour les usagers, etc......

Eh bien, il y a au moins un service à la SNCF qui fonctionne bien, très bien même, c'est le service Accès Plus pour les personnes handicapées.

Si l'on est soi-même handicapé, ou si l'on accompagne une personne qui ne peut se déplacer seule, il suffit de prendre contact, par téléphone, ou mail, avec le service accompagnement, 48h avant le départ. Là, on vous demande le jour et l'heure de votre train, on vous explique qu'il faut se rendre une demi-heure avant le départ, au lieu qu'on vous indique (*), muni des titres de transport.

Le jour du départ on s'y rend, on signale sa présence auprès de l'employée de l'accueil, et on s'installe dans la salle d'attente attenante. Une demi-heure avant le départ du train, un monsieur (ou une dame d'ailleurs), vous appelle, prend votre valise, installe la personne handicapée dans un fauteuil roulant, ou lui tient le bras pour la guider s'il s'agit d'un aveugle, et on part vers le quai du train, encore désert, puisque le numéro du quai n'est affiché que 20 minutes avant le départ. L'employé composte vos billets, vous conduit jusqu'à votre voiture, et jusqu'à votre place, il se charge de déposer vos bagages dans le lieu prévu à cet effet, et vous quitte avec un sourire. A l'arrivée, un autre préposé vient vous chercher dans le train, vous amène sur le quai et jusqu'à la sortie (**).

Ce service est entièrement gratuit ! Il s'adresse à toutes les personnes handicapées, visuels, moteurs, et même mentaux. Il s'adresse aussi aux personnes très âgées qui marchent avec des cannes et qui ont des difficultés pour entrer dans le train avec leurs bagages, il n'est pas nécessaire d'avoir une carte d'invalidité.

On rouspète assez quand on est victime des carences de la SNCF, donc, pour une fois qu'on est satisfait d'un excellent service, faut le signaler ! Félicitations pour cette initiative si bien organisée et si pratique pour faciliter la vie des gens (***).



(*) Par exemple, à l'espace accompagnement, hall 1 près du quai A pour la gare de Lyon à Paris.
(**) Ou devant le comptoir du loueur de voiture comme dans le cas vécu récemment.
(***) Guider une personne malvoyante, en tractant les valises, au milieu de la foule sur un quai de gare, et dans le TGV, où il faut monter des marches pour accéder aux places supérieures, est une entreprise épuisante...

10 déc. 2018

News et fake news

De nos jours, on vit dans un tourbillon d'informations, par la radio, la télévision, internet, et, pour les plus courageux ou les plus anciens, par la presse papier. Tout va si vite qu'on n'a plus le temps d'analyser ni de faire preuve d'esprit critique, une news chasse l'autre, une vidéo contredit l'autre, c'est un tsunami de propos divers dans lesquels on a bien du mal à se retrouver.

Dans la période actuelle, plutôt agitée, ça empire. Les réseaux sociaux sont bombardés d'opinions personnelles, de vidéos orientées par l'idéologie de celui qui les poste, sans le moindre esprit critique. Témoin ces images de lycéens mis à genoux par des CRS qui ont indigné ceux qui les regardaient en oubliant que ces innocents enfants étaient arrivés à l'école cagoulés avec des battes de baseball qui leur servaient à casser quelques voitures sur le chemin... On pourrait en citer beaucoup d'autres !

BFM TV émet en boucle repasse les mêmes choses en permanence aggravant l'anxiété générale, d'aucuns les accusent d'être à la solde du pouvoir, d'autres disent bien sûr le contraire. On sort des phrases de leur contexte et on les publie avec jouissance quand elles vont dans le sens de son opinion, et inversement, on oublie de partager ce qui ne plaît pas, quand on n'invente pas quelque chose qui conforte son avis personnel, et là, on arrive aux fameuses fake news que l'on stigmatise sans pouvoir réellement faire la part des choses.

En mai 68, il n'y avait pas internet, les téléphones portables et leur caméra n'existaient pas, c'était la radio, en particulier  Europe N°1 qui servait de coordonnateur des actions, un transistor, c'était facile à transporter, et comme la télé était en grève (*), on ne pouvait pas s'y informer. Maintenant, c'est tout le monde qui est connecté, chacun y allant de sa vidéo, de ses commentaires, des récits de ses exploits révolutionnaires (ou imaginés comme tels). On ne peut plus rester dans sa bulle, tout sollicite et bouscule.

Et donc, à l'époque où tout quidam dégaine son smartphone en se prenant pour un grand reporter et publie partout ses œuvres, on a bien du mal à savoir qui a tort, qui a raison, qui est objectif, qui est partisan... Je crains qu'il ne faille, comme le disait un ancien président de la République, laisser le temps au temps pour y voir clair, ou alors avoir une bonne dose d'esprit critique et de bon sens réunis.

(*) Il n'existait pas encore de chaînes privées