14 août 2017

L'Assomption ?


C'est le 15 août, jour férié en France, même si certainement un grand nombre de ceux qui en profitent ignorent à qui ils doivent ce jour de congé.

De même que l'Ascension, la Toussaint et Noël, ces jours sont fériés en application de l’arrêté du 29 germinal de l’an X (19 avril 1802) découlant du Concordat et l’article 42 de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. La loi du 8 mars 1886 ajoute le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte. Ce n'est pas tout récent !

Mais la reconnaissance civile de l’Assomption est encore bien plus ancienne.

En 1637, le roi Louis XIII, sans héritier après vingt ans de mariage, demande à ses sujets de faire dans chaque paroisse le 15 août une procession afin d’avoir un fils. Lorsqu’il eut la certitude d’avoir un enfant, il décide, en signe de reconnaissance, de consacrer la France à la Vierge Marie : le 10 février 1638, il déclare prendre la Vierge comme protectrice et patronne du Royaume et demande que, chaque année, le jour de la fête de l’Assomption, on fasse dans chaque église mémoire de la consécration de la France à Marie à la grand-messe puis une procession solennelle après les vêpres. L’édit est enregistré par le Parlement.

Le 15 août était donc fête nationale depuis 1638 et le restera jusqu'en 1880 où ce sera le 14 juillet. 

Merci à la Conférence des Évêques de France pour ces rappels historiques intéressants surtout pour un pays qui n'a, n'est-ce pas monsieur Moscovici, pas la moindre racine chrétienne, mais dont les habitants apprécient quand même les jours fériés !

12 août 2017

A quoi voit-on qu'on est vieux ?

Suite à un long article de O1.net sur l'évolution du téléphone, un lecteur demande dans le numéro suivant, si les lettres accolées aux chiffres sur les anciens cadrans servaient à écrire des SMS..... C'est là qu'on voit qu'on se fait vieux !! Je me souviens de mon premier numéro de téléphone, à Paris, qui était FON 31.58 (pour Fontenoy, qui était le standard du quartier).

Mais il y a d'autres exemples, pris dans la vie quotidienne ordinaire.

On est vieux quand :

On continue à parler de "passage clouté" alors que les clous ont disparu depuis belle lurette, et que les gens qui ont toujours entendu parler de passage protégé, vous regardent d'un drôle d'air. Par contre, l'expression "être dans les clous" existe toujours, mais dès ma génération partie ailleurs, on ne saura plus d'où elle provient.

On dit, "ah zut, j'ai encore laissé mes lanternes"... Alors qu'on n'a jamais connu de lanternes sur sa voiture, et que ça fait belle lurette qu'on parle de feux de position.

On s'étonne de ne plus trouver de fils dans les haricots verts ni de cailloux dans les lentilles.

On a connu la télé noir et blanc, avec une seule chaîne, émettant à midi, et le soir à partir de 19h30, le tout entrecoupé de la fameuse mire, et on s'est émerveillé de voir arriver la couleur un beau jour. Et toujours à propos de la télé...

... On se vante auprès de ses enfants et petits enfants d'avoir vu en "de vrai" et en direct les premiers pas de l'homme sur la Lune en juillet 1969, à la télévision justement.



On raconte avec force détails comment s'est réellement passé Mai 68, normal, puisqu'on y était !

9 août 2017

Ouf, c'est fini !

J'avais entrepris il y a un an environ, de commencer une collection d'ouvrages concernant la spiritualité chrétienne. C'était une belle collection, proposée par Le Figaro, bien reliée, beau papier et belles illustrations, avec des textes remarquablement écrits. J'achetais toutes les semaines le numéro qui paraissait, et le lisais avec avidité. Jusqu'au trentième numéro (sur quarante), tout allait bien. Je les trouvais facilement chez mon marchand de journaux habituel et un beau jour.... Plus rien à faire, impossible d'acquérir les derniers numéros, la Maison de la Presse n'était plus livrée.

Je passe donc par Internet, sur le site du Figaro store, à la rubrique collection. Mais là, impossible de me créer un compte, message d'erreur. Je téléphone au service client où l'on me propose de commander le numéro qui manquait. Je le fais, et il m'est livré 3 semaines plus tard... Mais quid des autres, de ceux que j'avais manqué, de ceux à paraître ?

Retour sur le site du Figaro Store, nouvel essai de connexion, toujours impossible. J'envoie un mail, et reçois une réponse succincte et inefficace. Téléphone, on me propose à nouveau de m'envoyer un numéro manquant par la Poste. Mais là, erreur, on m'envoie un numéro que j'avais déjà.... Je retourne donc à la maison de la Presse, avec les intitulés des numéros manquants, leur titre, le numéro qui figure en bas à gauche qui est le numéro de série de la collection et leur demande de me les commander.

Et, petit à petit, ils sont tous arrivés, non sans peine, non sans efforts du marchand de journaux et de ses employés... Ça y est, j'ai mes 40 volumes mais...


  • On ne m'y reprendra plus à entreprendre ce genre de collection, d'où qu'elle provienne.
  • Un zéro pointé au site marchand du Figaro qui fonctionne si mal et dont le service client fait de grosses erreurs.
  • Un second zéro pointé au Figaro qui lance des collections mais est infoutu de livrer la marchandise régulièrement dès que l'on habite ailleurs que dans une métropole même si ce n'est qu'à 100 kms de Paris. 
  • Un grand merci à la Maison de la Presse locale qui s'est donné tant de mal pour me satisfaire.


L'image d'illustration qui représente la collection a été volontairement piquée sur la boutique du Figaro, vengeance puérile pour cette longue attente, alors que j'aurais aussi bien pu scanner la couverture de l'un de mes exemplaires... 

8 août 2017

Le plus bel endroit du monde ?


Je suis bien loin de connaître le monde entier (il m'aurait fallu plusieurs vies), mais j'ai eu la chance de voir, parfois plusieurs fois, des lieux magnifiques : le Grand Canyon, Yellowstone, le Perito Moreno en Argentine ou encore, plus près, la vallée de Chamonix. Toutefois, un des lieux les plus beaux que j'ai pu visiter ce sont les Rocheuses Canadiennes, en particulier la route entre Jasper et Banff. Cette route traverse le Parc National Jasper et c'est un émerveillement tout du long, on voudrait s'arrêter partout, regarder montagnes et glaciers longuement, tout prendre en photo pour en garder le souvenir le plus longtemps possible.

Toute cette région est splendide, la souriante ville de Jasper, l'élégante ville de Banff, les lacs Louise et Moraine, voilà bien un coin, entre l'Alberta et la Colombie Britannique voisine où l'on pourrait rester longtemps, rien qu'en admirant le paysage à longueur de journée.

Pour y aller, tout simple... On peut le faire en train avec Via, depuis Toronto, si on a du temps, parce qu'il faut plusieurs jours pendant lesquels on traverse lentement ce pays immense d'est en ouest. Sinon, on peut prendre l'avion jusqu'à Calgary, et louer une voiture pour rejoindre Jasper qui est à un peu moins de 500 kms, ou plus court, toujours depuis Calgary, arriver à Banff en voiture, après une centaine de kilomètres.

Sinon, que ce soit au départ de Jasper ou au départ de Banff, il y a tant de choses à voir, tant de perspectives à découvrir, tant de paysages fabuleux qu'on peut circuler entre les deux villes, et autour des deux villes sans se lasser. Ne surtout pas manquer la Promenade des Glaciers (Icefield Parkway) en faisant attention aux grizzlys qui s'y promènent aussi, le Glacier Athabasca, les lacs, les cascades, etc....

On peut toujours prolonger le plaisir en s'abonnant aux tweets de @pnjasper dans lesquels il y a toujours de fort belles photos.

7 août 2017

De la (dé)mesure en toutes choses

Là, c'est chambre de la suite Charlie Chaplin du Ritz

On parle beaucoup du palace parisien, le Royal Monceau, en ce moment, à cause de... qui vous savez qui y a élu domicile provisoirement. Hôtel 5 étoiles, il offre 149 chambres et suites, plusieurs restaurants, une piscine à débordement de 23 mètres, un cinéma de 100 places, un jardin terrasse, etc.... Voyons ça de plus près au niveau des tarifs, sachant que les prestations sont évidemment de très haut de gamme :

On commence à 780 euros pour une "simple" chambre de 35 mètres carrés quand même, pour arriver à la suite Royal Monceau de 300 mètres carrés pour la modique somme de 14.500 euros. Mais à ce prix, on a droit à une limousine qui vient vous chercher à l'aéroport quand même, sans parler de la salle de sport (à l'intérieur de la suite), de la salle à manger privée, et tutti quanti. Il y a aussi trois suites présidentielles, pour seulement 25.000 euros, elles font chacune 350 mètres carrés.

Voyons voir ailleurs, du côté de la place Vendôme (pratique pour ses emplettes de diamants et autres bijoux, c'est juste à côté..) :

Au Ritz, on offre (façon de parler), une chambre supérieure à 1000 euros pour 35 mètres carrés et la chambre Grand Deluxe, de 55 mètres carrés, n'est qu'à 1400 euros. Voyons voir les suites, parce que là, quand même, même si les photos sont alléchantes, c'est un peu petit... La plus grande, la suite Deluxe, de 90 mètres carrés : 2800 euros, c'est donné ! Mais il y a beaucoup mieux : par exemple, la suite Coco Chanel, 188 mètres carrés, à partir de 18.000 euros, ou encore mieux, la suite impériale, 218 mètres carrés, dans le même ordre d'idée de prix.

Quand on n'est ni joueur de foot, ni star internationale, ni émir du pétrole, on a du mal à imaginer ce genre d'endroit où, bien évidemment, on ne mettra jamais le bout de l'orteil. 

5 août 2017

Des chiffres... Étonnants

D'après le magazine Auto Moto d'août 2017, il y a en Chine 200 millions de scooters électriques. Il s'en vend 30 millions par an ! C'est vrai que ce n'est pas cher, entre 300 et 600 euros... Reste à savoir si, pour un Chinois lambda, c'est onéreux ou pas, mais pour nous, un scooter électrique à 500 euros, c'est donné... J'en veux un ! Moi qui toute ma jeunesse ai rêvé d'une Vespa !! Mais s'il faut aller le chercher là-bas, avec droits de douane et frais de transport, ça devient tout de suite moins intéressant.

D'après Sciences et Avenir, actuellement, 85% des photos prises dans le monde le sont avec un smartphone (c'était 50% il y a six ans). Sachant qu'il y a eu 1200 milliards de photos prises cette année.... C'est vertigineux ! Il est vrai que, sur les routes du Tour de France comme dans chaque endroit touristique, on ne voit que des smartphones brandis par tous ou presque, et, effectivement, les appareils photo plus traditionnels sont plus rares. Sans doute, dans leurs modèles Reflex, restent-ils préférés des professionnels ? Bien que les capteurs et la technicité des smartphones s'améliorent de jour en jour.

D'après le journal Le Monde, en juin 2017, Facebook a dépassé les 2 milliards d'utilisateurs ! Un chiffre astronomique, comparé à la population mondiale, évaluée à 7,4 milliards de personnes. En France, il y a 33 millions d'utilisateurs (la moitié seulement sur Twitter). Des détails ? Likes distribués chaque minute : 1,8 million. Photos ajoutées chaque jour : 350 millions (Photos présentes sur Facebook : 240 milliards). Données échangées chaque minute : 350 gigaoctets.... Ben, faut des serveurs solides !! En plus, les pannes sont exceptionnelles (*), je le sais bien moi qui joue sur Facebook tous les jours.

Ces chiffres sont vertigineux, non ? Et encore, j'vous cause pas du salaire de Neymar !!!

(*) Tiens, la SNCF devrait faire appel à monsieur Zuckenberg.... Mais elle n'aurait pas les moyens de le payer !!!

1 août 2017

La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres...

... A dit le poète Mallarmé en 1865. La chair n'est pas forcément triste, mais par contre, j'ai lu tous les livres, et ça, c'est une catastrophe ! Être en panne de bouquin au mois d'août, c'est comme manquer de cigarettes un dimanche soir quand tout est fermé, c'est proprement insupportable !!!

Les médiathèques locales sont en vacances à tour de rôle, ce qui est bien normal, mais rend l'approvisionnement aussi difficile que la course (et la queue..) à la baguette de pain au mois d'août.

Et des livres, j'en ai plein la maison : mes bibliothèques sont bondées, les étagères croulent sous les volumes, et... J'ai lu tous les livres ! Quelle solution ?

Aller en acheter ? Certes, mais comme je suis incapable de jeter un livre, c'est comme jeter du pain pour moi, même les livres de poche que je sais ne jamais relire, la maison va déborder si je ne me modère pas et ne réduise les achats à une dizaine de volumes par an environ (enfin... dans le meilleur des cas, et sauf si je traîne du côté de la FNAC, de Gibert ou de La Procure..).

Donc, on se replie sur ce que l'on a déjà, et on relit les ouvrages qu'on aime à relire, ou ceux dont on avait oublié l'existence, ou encore ces "beaux" livres bien lourds et bien illustrés qui n'ont pas vocation à être des livres de chevet.

Et justement, en cherchant, en triant, en classant, on retrouve des ouvrages qu'on ne savait même plus qu'on les avait ! Sur des sujets passionnants, bien entendu, puisqu'on les avait achetés pour ça, et voilà la table de nuit qui voit sa pile s'élever, et, comme en rangeant mieux, ça a fait de la place, on va pouvoir..... Racheter de nouveaux bouquins !!


Merci à Isabelle Planté pour la jolie image d'illustration.

23 juil. 2017

C'est fini !


Eh oui, le Tour de France est arrivé, la grande promenade(*) de l'été est terminée ! Fini les paysages magnifiques qui donnent envie d'y aller faire un séjour, fini les angoisses devant les risques pris par les coureurs, fini l'enthousiasme palpable des gagnants, fini les efforts surhumains dans d'épouvantables côtes, fini cette parenthèse estivale tant attendue et qui passe si vite...

Merci messieurs et bravo, quel effort ! Quelle performance ! Quels moments extraordinaires vous nous avez fait vivre ! Merci aux deux jeunes français si prometteurs et si sympathiques, leur joie de gagner est communicative, bravo à monsieur Froome dont l'épouse est bien jolie, vivement l'année prochaine ! On a tellement hâte de vous revoir, de vibrer à vos exploits, d'avoir peur pour vous dans les descentes vertigineuses, et de découvrir de nouveaux paysages...




(*) Enfin, pour le téléspectateur avachi dans son canapé, peut-être moins pour les coureurs !

20 juil. 2017

Feux de forêt

Quelle horreur de voir ces hectares de bois et de landes partir en fumée, et ces maisons qui s'embrasent ou que les flammes lèchent de si près ! Quelle angoisse pour les riverains, voir partir en quelques minutes ce qu'on a mis toute une vie à rassembler... Jamais au grand jamais je ne pourrais habiter dans ces zones à hauts risques comme la Provence ou la Côte d'Azur, je vivrais dans l'angoisse permanente, surtout avec la peur irraisonnée du feu que j'ai déjà.

Je me souviens de vacances il y a longtemps au Rayol, dans le massif des Maures, où j'observais déjà les collines toutes piquetées de maisons, fort belles pour la plupart, mais avec une telle densité qu'il était impossible de trouver un "chemin rural" ou similaire pour lâcher le chien.

En fait, tout le monde veut habiter là-bas, il y fait quasiment toujours beau, il y a pléthore de médecins et autres paramédicaux, alors que dans certaines campagnes, il faut de longs délais pour en trouver un disponible, il y a la mer pas loin, des commerces à profusion, on comprend que bon nombre de gens, et pas seulement des retraités, ne rêvent que d'habiter dans ce sud-est du pays.

Et pourtant... Il y fait chaud, trop chaud, il y a du monde partout, des voitures partout, des bouchons partout, et certains endroits sont tellement urbanisés qu'il est difficile d'avoir quelques kilomètres de nature à disposition. Quand on voit certaines plages en saison, on a envie de fuir très loin ! Avec évidemment, un fort risque d'incendie, plus important que dans certaines régions plus septentrionales du pays avec des causes diverses : sècheresse, fort vent, essences très combustibles, imprudences (*) et malveillance.

D'accord, ce n'est plus tout à fait la Côte d'Azur, c'est à Carro, non loin de Marseille, mais c'était début juin.... Alors au mois d'août, on imagine... 

Que faire ? Planter des séquoïas ? Ces arbres, dont les troncs, gorgés de tanin, sont incombustibles (**), mais ils poussent bien moins vite que des résineux, et peut-être auraient-ils trop chaud là-bas ? Intensifier la culture de la vigne qui est un excellent coupe-feu, puisque les ceps ne brûlent pas (***) mais pour l'ombre, c'est pas terrible. Juguler l'urbanisation galopante ? Mais il y a tant d'intérêts financiers en jeu, comme pour les inondations qui sévissent aussi dans ces régions et font de gros dégâts depuis qu'on autorise à construire n'importe où.

Quoiqu'il en soit, on imagine aisément l'angoisse et le choc psychologique de gens qui voient les flammes traverser leur jardin et encercler leur maison et si, cette fois, il n'y a pas eu de victimes humaines, et des dégâts minimes sur les habitations, on doit sans cesse penser qu'il va y avoir une autre fois, l'été n'est pas fini.....

(*) Bien sûr on pense tout de suite aux mégots des fumeurs inconscients, aux barbecues non maîtrisés, mais que dire d'un agriculteur qui faisait brûler de vieux pneus après les avoir adossés à un arbre en lisière d'un bois ? D'accord, c'était au nord de la Loire, pas dans le Midi, mais tout de même..... 

(**) Ceci nous avait été clairement expliqué du côté de Mariposa, en Californie, là où vivent les séquoias géants. Mais par contre, pour que leurs graines germent, il faut que la forêt brûle autour d'eux. Voyant que de nouveaux arbres ne poussaient plus, les rangers du parc national ont du organiser des feux contrôlés pour leur permettre d'éclore, ce qu'elles ne pouvaient plus faire quand la surveillance stoppait tout départ de feu..

(***) Je ne le savais pas, je l'ai appris en lisant des reportages justement sur les feux de forêt de la Côte d'Azur.

19 juil. 2017

Tupperware, Stanhome et compagnie


Ah les réunions Tupperware d'antan ! On était invité chez une voisine ou une copine, avec d'autres voisines et copines, on s'installait dans le salon. Une dame était là, entourée de boîtes en plastique et autres objets tout à fait indispensables, dont elle nous vantait les qualités et les utilisations multiples. On buvait du thé ou du jus de fruits, avec des petits gâteaux que l'hôtesse avait confectionnés, elle recevait un cadeau, et les invités passaient commande pour plusieurs de ces séduisants objets. Ça avait un côté désuet, déjà obsolète comme système de vente, alors que les supermarchés regorgeaient de choses semblables, mais c'était sympa. J'étais persuadée que ça n'existait plus à l'époque du e-commerce.... Et je me trompais lourdement !

En effet, le chiffre d'affaire de ce type de vente a progressé de 3,5% l'an dernier, culminant à 4,5 milliards d'Euros d'après un article du Figaro Economie du 16 juillet qui ajoute que la vente à domicile affiche un "étonnant dynamisme" à tel point que d'autres enseignes veulent s'y mettre comme Bonduelle et Seb tant le concept est prometteur.

En tête Thermomix (326 millions d'euros de chiffre d'affaire), qui pourtant vend des produits à plus de 1000 euros, mais ajoute des services comme des aides personnalisées à l'utilisation du robot de cuisine ou des fiches pratiques gratuites, ou des conseillers toujours disponibles. Ensuite, on trouve Stanhome (235 millions d'euros de chiffre d'affaire) et ses produits ménagers. J'ai des souvenirs de presque cinquante ans du nettoyeur-dégraisseur qui était remarquable, et du parfum de rose pour le linge que je n'ai jamais retrouvé ailleurs... En troisième position, on trouve Tupperware (225 millions de chiffre d'affaire) et ses boîtes aussi solides qu'indispensables ! Seul problème, elles sont tellement solides et de bonne qualité que j'ai toujours les mêmes depuis plus de trente ans et qu'elles n'ont pas besoin d'être changées, ce qui n'est peut-être pas excellent pour le commerce si ça l'est pour le consommateur !

Le seul problème avec ce genre de vente c'est qu'il faut connaître quelqu'un qui connaît quelqu'un qui organise ce genre de réunion, et on le trouve où quand on n'a pas ça dans ses relations ? OK, on va sur le site internet, et on voit les animatrices les plus proches de chez soi avec leurs coordonnées, donc on peut les joindre mais... Si on ne veut pas organiser soi-même une réunion, on fait comment ? On attend qu'on vous invite ?

De toutes façons, je n'ai pas besoin perso de robot de cuisine, ni de boîtes, ni de produits d'entretien, mais ce n'est pas le cas de tout le monde, puisque tout ça a tant de succès !

8 juil. 2017

Le canal Saint Martin


Quand on est gare de l'Est et qu'on a quelques heures à passer dans le quartier, on peut aller rendre visite au canal Saint Martin, entre le quai de Valmy et le quai de Jemmapes. Bel endroit, qui a énormément changé depuis un demi-siècle, bordé maintenant de fort beaux immeubles dont les appartements ne doivent pas être donnés. Il a toujours ses ponts pittoresques, ses écluses, ses plans d'eau, et ce côté bucolique un peu étrange dans un endroit plutôt agité. En tous cas, c'est une jolie promenade !

En regagnant la gare de l'Est, il ne faut pas manquer de traverser le square Villemin avec son fouillis de fleurs et de plantes, son kiosque et ses nounous qui y promènent les petits enfants. Avec une pensée pour Ibrahim, le si gentil et si serviable gardien du square, avec lequel j'ai longuement discuté (abrité par le kiosque) pendant une averse.




Pas question de le manquer celui-là !

Le square Villemin

7 juil. 2017

Tiens, tiens.....

Alors que depuis quelques 30 années que je suis devant un ordinateur pendant de longues heures, j'entends toujours dire que les "vieux" n'y comprennent rien et sont technophobes, alors que les jeunes, voire les très jeunes, eux, sont parfaitement à l'aise avec cet outil, et regardent de haut leurs parents ou pire, leurs grands parents qui pataugent. J'entendais ça dans les années 90, je l'entends toujours... Alors que les jeunes de l'époque sont à leur tour devenus parents, ce qui voudrait dire que ce qu'ils pigeaient vite dans leur prime jeunesse leur devient totalement étranger et incompréhensible en vieillissant ?

Et là, un sondage médiamétrie me conforte : 82% des utilisateurs du Web et des réseaux sociaux ont plus de 50 ans ! J'ai effectivement pu constater que mes copines de Facebook, celles avec lesquelles je joue avec ardeur et enthousiasme, sont mamies pour la plupart, et ont entre 50 et 75 ans dans la grande majorité, comme celles dont je vois les photos sur ce même réseau social, alors qu'il y a bien peu de "jeunes". Elles ne semblent pas avoir de problèmes particuliers avec leur ordinateur, hormis quelques soucis windowsiens, mais qui n'en a jamais eu ?

Bien sûr qu'il existe des outils plus adaptés aux seniors, des téléphones à grosses touches ou icônes pour les malvoyants, des tablettes ultra-simples pour les réfractaires, oui, il y en a quand même, mais peut-être pas plus que chez les moins vieux, le commerce est prêt à tout pour draguer cet important marché, mais si le senior n'a pas de problèmes de vue, un Mac va aussi bien question simplicité et fiabilité !

Donc, encore une rumeur qui remonte à l'origine de l'informatique dans les foyers. Il y a des plus de 60 ans qui savent, et des moins de 30 ans qui n'y connaissent rien. Il y a ceux que ça passionne et ceux que ça indiffère. Il y a ceux qui subissent et ceux qui sont curieux de tout, pas sûre que l'âge fasse grand chose dans l'histoire !

Je suis toujours amusée quand j'entends un jeune né en 1998, par exemple, me dire d'un air légèrement supérieur : "Qu'est-ce que vous pouvez comprendre à Internet vous les.... (là, il y a souvent une légère hésitation, un vieux restant de politesse sans doute ?), vous n'êtes pas nés avec comme nous !", auquel je réponds qu'il n'était pas né quand j'utilisais déjà Internet ! Et là, sa bouche s'arrondit de stupéfaction, Internet existait déjà ?? Ohhhhhhh !!!

6 juil. 2017

Comment ose-t-on ?

A l'heure où les notables de la République inaugurent en grande pompe le nouveau TGV qui relie Paris à Bordeaux en deux heures, comment ose-t-on faire voyager le vulgum pecus dans d'aussi mauvaises conditions dans les TER et autres Intercités ? Le tiers des usagers voyagent debout, accrochés où ils peuvent, la totalité s'il s'agit des gens qui prennent le train à Mantes-la-Jolie puisqu'il est déjà plein à la gare précédente. Les voitures sont surchauffées en été sans la moindre ventilation (non, on ne parle même pas de climatisation, ça doit être un gros mot), et sans possibilité d'ouvrir les fenêtres. Les toilettes sont inaccessibles puisqu'elles ne peuvent être ouvertes que par le contrôleur, lequel se garde bien de passer, d'ailleurs, il ne le pourrait pas, les espaces entre les sièges sont pris par les gens debout et par les valises... Parce que bien entendu, quand on prend le train, on ne DOIT pas avoir de bagages, c'est totalement incongru, pas d'espace au-dessus des sièges pour poser autre chose qu'une écharpe, et un casier à l'entrée de la voiture qui peut héberger deux petites valises. Et c'est dans ces conditions que l'on peut aller de Paris à Rouen, en deux heures si tout va bien, c'est à dire quasiment comme dans la première moitié du... XIXe siècle !

Si tout va bien, parce que les trains en retard (initialement prévu... deux mots bien connus des usagers de la SNCF), les grèves de certains personnels mécontents, les accidents de caténaire et autres travaux font que si l'on a pu partir, on ignore quand on va pouvoir arriver.

Et l'on s'étonne que les gens prennent leur voiture ! Pas de voiture dans Paris disent les écolos, pas de pollution, ne prenez pas l'autoroute pour partir en vacances ou tout simplement pour aller travailler, prenez les transports en commun, le métro, le train, ça ne manque pas.... Ah bon ? Eh bien Messieurs qu'on nomme Grands, montrez l'exemple, montez dans nos somptueux TER, essayez la ligne 13 du métro de Paris, à certaines heures, c'est édifiant, pointez vous dans une grande gare parisienne (mais c'est pareil dans d'autres grandes villes) entre 17 et 19h et attendez votre train, retardé par on ne sait plus quelle raison, debout dans la cohue puisqu'il n'y a jamais assez de sièges, quittez vos voitures de fonction avec chauffeur, vos TGVs privatisés, vous allez faire de très intéressantes découvertes sur la vie quotidienne de ceux et celles que vous gouvernez auxquels vous prodiguez vos excellents conseils ! 

2 juil. 2017

Grand ménage d'été

Quand on habite depuis plus de 30 ans dans la même maison, on accumule une quantité de choses invraisemblables, variables en fonction des activités et des hobbies, mais toujours fort envahissantes, à plus forte raison si la maison est grande et qu'on peut toujours y caser quelque chose de plus.

On accumule les livres, lesquels débordent des bibliothèques et des étagères, et s'empilent sur toutes les surfaces disponibles. Les médiathèques locales n'en veulent pas forcément, surtout s'il s'agit de livres de poche ou de volumes édités par France-Loisirs (*) et jeter un livre... Ah non, c'est moralement impossible, c'est comme le pain, on peut pas !

On accumule les parutions sociales, juridiques, scientifiques ou historiques selon les sources d'intérêt des habitant, se retrouvant là aussi avec des empilements de dossiers, de papiers, de revues, de classeurs, qu'une étude notariale tenue par un vieux notaire en expose moins. Faut trier paquet par paquet et faire plusieurs voyages vers la décheterie parce que la poubelle papier serait trop vite pleine et deviendrait intransportable. Mais faut surtout s'y mettre....

Mais aussi...

On garde dans les armoires du linge de maison hérité des aïeux ou acheté pour certaines circonstances, qui jaunît lentement, n'est jamais utilisé, se froisse parce qu'entassé, dont plus personne ne veut. Quelle jeune femme souhaite repasser en empeser une nappe damassée, utiliser des torchons à carreaux, ou des draps de bain aux couleurs improbables ?

On garde de la vaisselle qui ne sert plus, on oublie d'ailleurs qu'on avait des petites cuillères à café en argent de l'héritage de la grand tante, qui sont toutes ternies, on se demande pourquoi on a eu un jour besoin de tant de verres qui sont, aux hasards de l'utilisation et de la casse, plus ou moins dépareillés. On retrouve des cadeaux de mariage qui n'ont jamais servi et sont totalement démodés.

Mais encore...

On conserve un tel stock de valises, achetés un peu partout au fur et à mesure des besoins, que l'on pourrait, en les remplissant, faire une croisière d'un an à bord du Queen Elisabeth (**), sans oublier les sacs, pochettes, sacs à dos, et autre matériel de voyage tellement nombreux qu'on pourrait partir à 12 sans avoir à acheter de quoi transporter les impedimenta de chacun.

On conserve pieusement tous les téléphones mobiles depuis 20 ans, qui ne serviront plus jamais, sans oublier les ordinateurs hors d'âge qui ne s'allumeront plus, et tous autres gadgets électroniques, fax, photocopieurs, baladeurs, APN (***), qui s'empoussièrent puisqu'ils ne sont plus jamais utilisés ou ne fonctionnent plus.

Si on était courageux, on pourrait faire... Plusieurs foires à tout !


(*) Pour de sombres raisons d'ISBN que je n'ai pas tout compris... 
(**) On manquerait tout de même de robes du soir à mettre dedans !
(***) Le tout avec chargeurs, câbles, disquettes, CD d'installation, etc...

30 juin 2017

Spam, spam et re-spam

Il y a des organismes qui, dès qu'on a affaire à eux, vous inondent de mails (et même de courriers papier). Par exemple, vous utilisez le Drive de Carrefour, en faisant vos courses sur Internet, et en choisissant d'aller les récupérer au magasin, pour éviter de transborder packs d'eau ou de lait du rayon au caddie, du caddie à la caisse, de la caisse à la voiture, etc... Là, un gentil monsieur fait le boulot pour vous, et il ne reste plus qu'à les ranger à la maison.

Mais voilà, pas plutôt la commande passée et payée, on reçoit un premier mail pour vous dire merci et vous donner votre numéro de commande, puis un second pour demander si on n'a rien oublié, puis un troisième pour vous rappeler d'aller chercher vos courses à la date et à l'heure choisie. Et c'est pas tout... Quand on aura récupéré les dites courses, on recevra encore une volée de mails pour demander si on est content, si on veut bien répondre au questionnaire qualité, quand on va revenir, parce que, si on traîne un peu, ça recommence avec des offres promotionnelles, et autres relances...

Carrefour n'est pas le seul ! Tripadvisor n'est pas mal non plus dans le genre : votre avis a été publié, suivi de "avez-vous un avis sur tel ou tel truc proche ?", suivi de "x visiteurs ont lu vos commentaires, bravo, encore quelques uns et vous aurez le badge machin bidule".... Et j'en passe.

Même Renault spamme, enfin, surtout par courrier papier d'ailleurs. Dès que vous avez acheté une voiture, ça démarre (la voiture aussi, heureusement..), avec les promotions, les offres de ceci, de cela, l'ouverture d'un espace personnel (avec mot de passe qu'il faut encore se creuser la tête pour le trouver et s'en souvenir ensuite) dont on n'a que faire, les offres de crédit, etc...

Tout ceci en prenant bien garde de ne pas cocher la case "recevoir la newsletter ou les offres partenaires", sinon, ce serait l'inondation garantie !

Donc, il faut avoir plusieurs adresses mail, c'est évident. Une principale, qui servira pour les choses importantes, et qu'on ne donnera jamais aux organismes commerciaux. Et d'autres qui ne serviront qu'à récupérer tous ces messages sans grand intérêt et qui seront consultées bien moins souvent.

Mais cette facilité d'envoyer des courriers d'un seul clic automatisé par des robots rend cette avalanche inéluctable, hélas !

27 juin 2017

Internet, c'est magique !

En train de lire un ouvrage sur les divas du XXe siècle, j'ai remarqué qu'à la fin de chaque biographie, il y avait quelques lignes indiquant les airs lyriques les plus emblématiques de ces artistes disparues pour beaucoup actuellement. Comment entendre leur voix, qui a fait se pâmer tant d'admirateurs en leur temps ?

Certes, parmi les plus récentes, pour La Callas, Jessy Norman, ou Teresa Berganza, il est facile de retrouver des enregistrements d'excellente qualité sonore, pour leur aînées, c'est plus difficile. Mais il y a Youtube !

Il suffit alors de taper sur Google Geraldine Ferrar habanera carmen, ou Amelita Galli-Curci valse de Juliette Gounod pour les entendre. Bien sûr, ces enregistrements datent du début du XXe siècle, et ça crachote un peu, mais au moins, on peut les écouter, les imaginer sur scène, au Met ou à la Scala, alors qu'elles sont parties au paradis de l'Opéra depuis cinquante ans.

Ah quel dommage que l'invention du phonographe soit si récente, à l'aune de l'Histoire, et qu'on ne saura jamais quelle voix avaient Louis XIV ou Jésus ! Mais quel miracle aussi que, devant un simple clavier, on puisse ainsi puiser dans la mémoire collective sans cesse alimentée et enrichie, sans sortir de chez soi, bien calé sur sa chaise !

J'ai beau passer une grande partie de ma vie sur Internet, et ceci depuis près de 20 ans, ça m'émerveille toujours autant. 

25 juin 2017

Canicule

Les gorges du Rio Grande (Texas)

Et revoilà la canicule, le moment où on est liquéfié, ou les habitants des villes souffrent, comme ceux qui travaillent dans des bureaux ou des ateliers avec plus de 30°, où l'on cherche le moindre souffle d'air frais, où on apprécie piscine et douches fraîches, où on est mieux dans son auto climatisée qu'à la maison ce qui fait qu'on circule lentement (*).

Problèmes de confort, mais aussi pour les plus jeunes ou les plus vieux, de santé, on n'oublie pas que c'est à partir de la canicule de 2003 qu'il a été rendu obligatoire la climatisation d'une pièce au moins dans les maisons de retraite, tant on avait perdu de vieux qui n'ont pas resisté !

La climatisation rend malade ? Mais bien sûr voyons, enfin, elle rend malade les français, mais pas les américains, curieux non ? Et pourtant dans certains coins, chez eux, sans clim, on a du mal à survivre.

Ces jours derniers, il faisait 118° F à Phoenix, en Arizona, ce qui donne 47,7 en Celsius, et on attendait 48,9°... Le record absolu dans cette ville étant de 50° le 26 juin 1990.

Mais même si on est au frais, si la clim est efficace, il y a un inconvénient majeur à ces températures, qu'on ne soupçonne pas, c'est que ça gêne, voire ça empêche, les avions de décoller. En effet, un avion moyen courrier n'est pas conçu pour décoller si l'air n'est pas assez porteur, et quand il fait très chaud, c'est le cas. Seuls les gros avions sont prévus pour décoller jusqu'à 53°. Le résultat est que l'aéroport de Phoenix, Sky Harbor, a du annuler un certain nombre de vols intérieurs pour des raisons de sécurité.

C'est vrai qu'il ne fait pas froid en Arizona, et d'ailleurs dans tout le sud des États-Unis. C'est à Houston, Texas, en Avril pourtant, qu'en sortant de l'aéroport, climatisé, 40° humides nous sont tombés sur les épaules ! Et c'est aussi au Texas, dans les gorges du Rio Grande, que j'ai du rebrousser chemin et me réfugier dans la voiture climatisée tant la chaleur m'accablait.

Notre Normandie océanique et tempérée a la chance de ne subir ces chaleurs épouvantables que quelques jours par an, et pas tous les ans, donc, soit on reste chez soi, soit on part dans l'hémisphère sud de juin à août ! De préférence à Capetown où le climat est agréable toute l'année.



(*) Excellent pour la pollution en plus, même si toute clim doit accentuer le réchauffement général

23 juin 2017

A bicyclette !

Il paraît qu'il s'est créé un collectif de cyclistes pour défendre les droits des vélos en ville et sur la route, parce que ceux-ci sont malmenés, en danger, incompris, etc... Et que la route est à tout le monde, Môssieur, et pas seulement à ces salauds de flemmards et de pollueurs d'automobilistes.

La route est à tout le monde ? Ce n'est pas du tout l'impression que l'on a quand on circule en voiture (eh oui, parce que les vieux et les invalides, ça ne doit pas exister) sur les routes de campagne, et que l'on reste derrière un peloton de cyclistes qui zigzaguent entre ligne blanche et bas-côté, en discutant ce qui leur fait faire de larges écarts à gauche interdisant tout dépassement. Sans doute que la mémé qui va acheter son pain, le plombier qui se rend à son chantier, l'employé qui va prendre son train pour aller au boulot ont tout leur temps, ils n'avaient qu'à partir plus tôt, ou y aller en vélo, ils peuvent attendre qu'on ait fini notre virée quand même !

La route est à tout le monde ? Ce n'est pas du tout l'impression que l'on a quand on part le matin au travail, en hiver, que la lumière est faible, et qu'on ne voit le cycliste que quand on arrive tout près de lui, parce, dites, un éclairage sur un vélo, pfff, ça fait ringard, ça fait plouc, c'est démodé, vous n'avez qu'à faire attention et à rouler moins vite que diable ! Ah vous n'étiez qu'à trente à l'heure, eh bien moi, j'ai du mal à les atteindre alors...

La route est à tout le monde ? Alors pourquoi les règlements ne sont-ils pas les mêmes pour tout le monde ? Pourquoi les cyclistes ont le droit de tourner à droite au feu rouge et pas les autos ? Ah, c'est quand il n'y a pas de flic, ah oui, je comprends, mais si un véhicule à moteur arrive ? Eh bien, c'est lui qui aura tort, renverser un cycliste est toujours de la faute de celui qui renverse, même si...

Alors, avant de hurler dans les rues qu'on ne les comprend pas, qu'on leur en veut, qu'on les met en danger, encore faudrait-il que les cyclistes soient eux-mêmes un peu plus altruistes et responsables dans leur utilisation de la route (qui est à tout le monde, comme tout le monde sait), mais est-ce le cas ? J'en doute fort !

Faut pas généraliser et raison garder. Des cyclistes partageurs de la chaussée, et des automobilistes inconscients (sans oublier les piétons qui marchent les yeux fixés sur leur smartphone), il y en a ! Sisisi

22 juin 2017

De la musique avant toutes choses

Un jour, dans un parking souterrain parisien, il était diffusé de la musique classique, c'était très agréable. On m'a expliqué que c'était pour faire fuir les voyous qui détestaient ça... Ah bon, je ne dois pas être un voyou, parce que je trouvais ça bien plus plaisant que la musique des super marchés qui donne plutôt envie de faire ses courses en vitesse pour être plus vite sorti.

Il y a pas mal d'années, j'avais remarqué que la gare ferroviaire de Penn Station à New-York diffusait aussi de la musique classique. J'avais apprécié, sans poser de question, peut-être était-ce pour la même raison ?

Et là, 15 ans après, j'apprend qu'une gare à Rennes en faisait autant, avec le même prétexte que celui du parking, ça fait fuir les voyous !!!

Je me demande bien pourquoi les délinquants font une telle allergie à la musique classique au point que ça les fasse fuir... Que ce soit pour eux une souffrance si intolérable qu'on utilise Mozart ou Berlioz comme répulsif... Moi, ce serait plutôt le rap qui me ferait fuir, mais c'est un problème de génération certainement !

Donc, en extrapolant, pour éviter les cambriolages, mettre les suites de Bach en boucle quand on s'absente ? Et diffuser la Flûte Enchantée par haut-parleur dans les quartiers à risque ? Ou dans le RER passé une certaine heure ?

Est-ce que des experts en musicologie ont fait des études sur le comportement des humains à l'écoute de certaines musiques ? Sans doute, puisqu'on observe une mise en pratique dans certains lieux publics. Disons que ça doit aussi dépendre du style de musique, parce que si on me balance du Boulez ou du Messiaen dans la gare St Lazare, je sors immédiatement ! Avec Alban Berg ou Schoenberg aussi d'ailleurs...

Avec tout ça, je n'ai toujours pas visité la Philharmonie de Paris, qui est, à ce que j'en sais, une salle fabuleuse. Faudra y remédier, les concerts semblent vraiment très alléchants. 

4 juin 2017

Étranges étrangers


Trouvé dans l'excellent livre de Boris Cyrulnik "Ivres paradis, bonheurs héroïques" cette analyse :

[...] A l'époque où l'école intégrait les pauvres et les étrangers, on pouvait devenir riche et garder le souvenir de la pauvreté. Le monde avait changé, mais il n'était pas clivé, il évoluait. Aujourd'hui, alors que l'école renforce les inégalités, l'enfant bien éduqué a des parents bien éduqués qui ignorent le monde des mal éduqués. Dans ce nouveau contexte social, l'Autre devient l'idée qu'on s'en fait et non pas l'expérience qu'on en a.

C'est vrai que quand on ne connaît pas, on juge selon ce que l'on a entendu dire, ou ce qu'on lit dans la presse, sur les réseaux sociaux, ou ce que d'autres vous ont dit, et on se forge ainsi une opinion tranchée qui ne s'appuie sur rien qui ait été expérimenté. Et c'est ainsi que sont colportés des jugements péremptoires sur les gens et les événements, qui finissent par devenir des vérités largement répandues, mais infondées pour la plupart.

Les Américains sont de grands enfants naïfs qui ne mangent que des Mac Do et portent un colt à la ceinture... Les Arabes sont tous des feignants ou des terroristes... Les Noirs sont peut-être de bons sportifs, mais sont moins intelligents que les Blancs... On pourrait donner de nombreux autres exemples, qui, de tout temps, ont fait le lit d'un racisme rampant et dangereux. Parmi ceux qui profèrent ce genre de sentence, qui a vécu aux Etats-Unis ? Qui a fréquenté des amis musulmans d'Afrique du Nord ? Qui a écouté parler le cardinal Sarah ?

Parce que dès que l'on approfondit un peu, dès que l'on a vécu dans un pays différent, côtoyé ses habitants et connu leur vie et leurs aspirations, dès que l'on a pris la peine de discuter avec d'autres personnes que celles de son cercle personnel habituel, on s'aperçoit que tout ce que l'on entend n'est pas toujours, loin s'en faut, la Vérité avec un V majuscule.

Ne serait-il pas plus sage, plus juste, plus humain en un mot, de s'enrichir de nos différences plutôt que de les stigmatiser, et de les juger à notre aune ?

Euh... Je vis sur une autre planète ? Peut-être bien...

24 mai 2017

Musique sur roues

Ecouter de la musique en voiture est un plaisir, même pour de courts trajets. La compagnie de Mozart ou de Rameau est aussi réconfortante qu'agréable.

Depuis longtemps, les automobiles ont la radio, on pouvait donc satisfaire ce goût en se branchant sur ses stations préférées.

Puis, il y a eu un lecteur de cassettes, qui permettait d'écouter ce que l'on voulait quand le programme radio ne convenait pas, puis, les CD, avec l'inconvénient, pour ces deux media, de devoir transporter une pile de disques ou de boîtes.

Et maintenant, les voitures modernes n'ont plus de lecteur dédié, mais une prise USB sur laquelle on peut brancher son smartphone ou une simple clé USB sur laquelle on a transféré ses morceaux préférées. Certes, ça tient moins de place que les CD dans la boîte à gants, mais ça demande un certain travail préliminaire.

Prendre un CD dans sa discothèque, l'encoder en mp3 (ITunes fait ça très bien, mais il faut penser à choisir le bitrate optimal dans les préférences pour perdre un minimum de qualité) et transférer le tout sur la clé. Et... Faire attention... Parce que :

Si on transfère le contenu de plusieurs CD, ils seront libellés ainsi : 01-Rameau-Indes galantes, 02-Rameau-Platée... etc pour Rameau ; 01-Saint-Saëns-éléphants, 02-Saint-Saëns-kangourous... etc pour Saint-Saëns. Comme le lecteur ne connait que les chiffres et rien à la musique, on se retrouve à entendre d'abord un morceau des Indes Galantes, puis les éléphants du Carnaval des Animaux, puis, la suite de Rameau, ce qui est surprenant ! Donc, faut se mettre à la place de l'ordinateur et renuméroter les morceaux si on veut les lire dans l'ordre par compositeur. Par exemple :

1-01-Rameau-Indes Galantes
1-02-Rameau- la suite..

2-01-Saint-Saëns-Éléphants
2-02-Saint-Saëns-Kangourous
etc..

Itunes qui sait faire beaucoup de choses doit savoir faire ça pour éviter d'avoir à le faire manuellement, mais comme je m'en sers très peu, je le connais mal, et ne sais pas où se trouve la manip à effectuer. Il doit y avoir aussi possibilité d'automatiser ça en quelques lignes de programmation mais là, j'atteins mon seuil d'incompétence (et le dépasse d'ailleurs largement..).

Et d'abord, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

19 mai 2017

Youtube et youtubers

Très intéressante émission sur France 4 à propos de Youtube et des youtubers. Bien sûr que tout le monde a déjà utilisé Youtube, pour écouter une chanson oubliée, une musique que l'on aime et qu'on veut réentendre, pour voir une vidéo particulière, mais là, il s'agissait de ceux qui "font" des vidéos et les rassemblent dans leur "chaîne" Youtube.

On y trouve des humoristes qui vont des vidéos marrantes sur eux ou sur tout sujet, des "pédagogues" qui expliquent des jeux, ou apprennent aux jeunes filles à soigner leur peau et à se maquiller, des "enseignants" qui tentent d'expliquer des concepts scientifiques ou littéraires de façon simple et ludique, et bien d'autres aussi...

Certains sont très connus, ont de nombreux fans, qui les suivent avec assiduité, ils utilisent Facebook, Instagram et Snapchat pour leur promotion, ils ont parfois plusieurs millions de "vues", et font même des spectacles en "de vrai" qui déchaînent les ados. Pour quelques uns, c'est même devenu leur gagne-pain, leurs vidéos étant précédées d'une lucrative publicité.

Beaucoup d'autres aimeraient bien en faire autant... Il suffit de voir des petits jeunes qui n'ont que leur smartphone en guise de caméra, une chaîne avec une dizaine d'abonnés, et qui, pour se faire connaître écrivent (souvent dans un français malmené) un article sur eux dans Wikipédia, et se désolent ou s'indignent de le voir supprimé immédiatement pour cause de manque de notoriété encyclopédique ! N'est pas Norman ou Cyprien qui veut !

Revenons un peu en arrière. Quand Internet a commencé à devenir grand public, les utilisateurs ont vite compris qu'ils pouvaient s'exprimer librement (enfin, parfois trop librement d'ailleurs, mais c'est un autre problème), ils ont donc créé des sites web avec quelques rudiments d'html, des images, des gifs animés, des couleurs qui flashaient dans tous les sens, enfin, tout ce qu'on ne fait plus maintenant ... Et ils parlaient de ce qu'ils voulaient, en espérant avoir un minimum d'audience, ou tout simplement parce que ça les amusait. Puis, il y a eu les blogs, beaucoup plus faciles d'emploi, plus besoin de potasser des bouquins sur les CSS ou sur PHP, en plus, les visiteurs pouvaient mettre des commentaires, et les moteurs de blogs offraient aussi des statistiques de fréquentation. Ainsi, n'importe quel quidam pouvait partager ses passions, ses coups de cœur, ses trouvailles, ses réflexions(*).

Entre temps, les APN et les smartphones ont permis de faire des vidéos, plus besoin d'une caméra spéciale. Et les plus jeunes s'y sont immédiatement mis, d'autant qu'il n'y avait plus besoin d'écrire en faisant attention aux fautes d'orthographe (encore que, là, j'ai quelques doutes sur l'intérêt porté par eux à cette notion...). Alors, ils démarrent en faisant des petites vidéos dans leur chambre, avec le minimum de matériel, mais pour que ça marche faut quand même un peu plus : déjà des idées, de préférence originales, puis un peu de matériel pour l'éclairage et la prise de son, enfin, quelques notions de montage vidéo, afin que le résultat puisse "accrocher" les internautes et leur donner envie de revenir, mais ce n'est pas donné à tout le monde ça.... N'est pas youtuber de renom qui veut !

Au passage, j'ai deux vidéos sur Youtube, oui, elles sont là parce que je ne savais pas où les mettre ailleurs (pour les montrer aux copains), et que je ne sais pas mettre de vidéos sur Blogger (c'est bien connu que les vieux n'y connaissent rien à l'informatique, même quand ils étaient devant un ordinateur (et sur Internet ensuite) alors que les plus jeunes n'étaient même pas nés...), les voilà :

Le Old Faithfull à Yellowstone (**) et
Un concert à l'église (***)

(*) Exactement ce que je suis en train de faire !!!
(**) Où l'on entend distinctement au milieu des cris de joie des touristes américains, une voix qui dit "là, moi, je filme"... On se prend au sérieux ou pas !
(***) D'accord, la qualité n'est pas top, je reconnais... Mais je ne suis pas un youtuber non plus !!!

15 mai 2017

Les hommes


Sur les réseaux sociaux on trouve de tout, pas seulement des bébés et des petits chats ! Parfois on rencontre des trucs marrants, dont on ignore la provenance puisque c'est quelqu'un qui l'a "partagé". En voici un, pas mal trouvé, non ?

Pourquoi les hommes sont plus heureux que les femmes ?

- Leur nom de famille ne change pas.
- Les mécaniciens leur disent généralement la vérité.
- Ils ont le même travail que les femmes mais ils sont généralement mieux payés.
- Les rides leur donnent de la personnalité.
- Les gens ne fixent pas leur poitrine quand ils leur parlent.
- Les conversations téléphoniques sont finies en 30 secondes.
- Ils n'ont besoin que d'une valise pour des vacances de cinq jours.
- Ils peuvent ouvrir eux-mêmes leur pot de confiture.
- Ils peuvent pisser à peu près partout.
- Ils se fichent de la façon dont les autres hommes s’habillent.
- La moindre tâche domestique faite par eux leur vaut de la reconnaissance.
- 3 paires de chaussures sont plus que suffisantes.
- Ils sont incapables de voir si leurs vêtements sont froissés ou tachés.
- Ils pensent et communiquent essentiellement au premier degré.
- Le programme de la machine à laver le linge leur reste définitivement incompréhensible.
- Ils partagent avec leur chat une peur instinctive de l’aspirateur.
- Les frites, le chocolat, les viandes en sauce, le pain avec la pizza ne leur posent aucun problème.
- La même coupe de cheveux dure des années, peut-être même des décennies.
- Ils n'ont que leur visage à raser.
- Un seul sac ou portefeuille et une paire de chaussures peu importe la couleur.
- Une seule couleur pour toutes les saisons.
- Ils peuvent se promener en short, quel que soit l'état de leurs jambes.
- Quand ils voient une jolie poitrine, ils ne comparent pas, ils profitent !

On pourrait ajouter que les vêtements des hommes ont des poches partout (pantalon, veste, chemise), contrairement à ceux des femmes,  ce qui leur évite de trimballer un sac à mains, mais ne les empêche pas de déverser dans celui de leur épouse ce qu'ils trouvent trop lourd !

L'image d'illustration n'a strictement aucun rapport avec ce billet. C'est un morceau de lichen, ramassé par terre dans le jardin, scanné et "transformé" avec Gimp. 

11 mai 2017

Le paradis


Le paradis, je le vois comme ça : une gigantesque bibliothèque, allant du sol au plafond, avec plein de livres, surtout des documentaires, sur tous sujets, avec des images et un beau papier. Là, on peut me laisser pour l'éternité ! Enfin... Avec un casse-croûte de temps en temps quand même !

Si en plus, on rajoute de quoi écouter Mozart et/ou Lully et/ou Rameau, ce serait extraordinaire. Mais peut-être les rencontrerai-je là bas ? Avec leurs instruments ?

Il ne manque plus rien pour un bonheur éternel ? Juste un détail... Y a Internet au paradis ??

Chapeau les filles !


Je m'adresse ainsi au personnel soignant de l'hôpital de Mantes-la-Jolie qui, malgré le surmenage et l'excès de travail, garde toujours le sourire, a toujours le mot réconfortant, et exécute les tâches professionnelles avec compétence et amabilité. Infirmières, et autres personnel médicaux ont bien du mérite, de conserver patience et bonne humeur au milieu de tant de patients d'ethnies et de langues diverses, jonglant avec l'administratif toujours aussi lourd, les locaux pas toujours adaptés, et les pathologies variés et toujours si inquiétantes pour ceux qui en sont affligés.

Je sais bien, pour avoir moi-même travaillé dans la Santé toute ma vie, que ce n'est pas toujours facile, qu'il y a toujours plus de boulot et moins de monde pour le faire, que l'argent et le rendement intéressent bien plus les gestionnaires que la qualité de vie des employés, mais justement, qu'il y ait encore des volontaires pour soigner les malades, pour leur partager un mot aimable, un sourire, est réconfortant quant à l'idée qu'on se fait habituellement de l'égoïsme et de l'individualisme des humains de notre temps.

Déjà, quand on entre dans ce genre de bâtiment, moderne, certes, mais immense, il faut s'y retrouver, prendre le bon ascenseur, le bon couloir, sans errer désespérément, et là, on apprécie tout particulièrement les personnels qui vous remettent dans la bonne route, sans s'énerver, avec un sourire en prime. Alors, quand on arrive à destination, et que l'on est pris en charge par des gens aussi aimables que compétents, on se dit qu'on a bien choisi et on mesure à quel point les gens qui travaillent là ont du mérite.

5 mai 2017

Ah la Poste !

Et sur Mars ? Dans Perseverance Valley ? 

Voilà un organisme fort ancien, dont le rôle premier est de distribuer le courrier. Certes, du courrier, il y en a de moins en moins : les mails supplantent les conversations par écrit, la dématérialisation hautement prônée par toutes les administrations fait que l'on imprime factures et formulaires chez soi, ou que l'on exécute toute démarche en ligne ; les comptes-rendus et autres convocations arrivent aussi par mail. Il ne reste plus que quelques cartes postales en saison, des abonnements à des revues papier et quelques courriers d'irréductibles, de plus en plus rares.

Donc, moins de boulot pour les facteurs, donc, je suppose, moins de facteurs... C'est ainsi qu'en zone rurale, le courrier n'est plus distribué tous les jours, loin s'en faut, deux ou trois fois par semaine, dans le meilleur des cas, par des facteurs intérimaires qui ne connaissent pas les villages et mettent trois fois plus de temps pour faire leur tournée. Il n'y a pas de courrier du tout pendant une semaine si le facteur préposé à la zone est malade ou en congé et ne peut pas être remplacé. On peut toujours téléphoner au 36.21 pour se plaindre, ça ne change pas grand chose.

Quel gachis, alors qu'il y avait tant de facteurs(trices) gentils, souriants, serviables, qui apportaient le courrier assorti d'un mot aimable, quel dommage de les voir disparaître...

Mais il faut bien comprendre que la distribution du courrier est chose obsolète, vouée à une mort prochaine.

Donc, ne plus s'abonner à quoi que ce soit, prendre sa voiture pour aller acheter journaux et revues au bourg le plus proche. Ne plus faire de commande véhiculée par La Poste, privilégier les dépots voisins où l'on ira chercher son colis. N'envoyer que des cartes postales virtuelles, les sites ne manquent pas pour ça. Avoir ainsi la charité de ne pas prolonger inutilement la vie d'un moribond qui fait tout pour mourir plus vite. 

25 avr. 2017

Toilettes, W-C, restrooms, baños, etc...

Glacier Perito Moreno, Patagonie, Argentine

Les petits coins, les cabinets, les WC, les toilettes: le vocabulaire est varié pour désigner ces lieux. De nos jours, c'est une évidence: pour soulager nos besoins naturels, il existe un endroit dédié à cela. Qu'en était-il pour nos ancêtres?

Dans un article trouvé il y a longtemps, dont j'ai oublié la provenance, on lit ceci :

Dans le monde antique, les Romains sont connus pour être les premiers hygiénistes. En attestent les fouilles ou les écrits. Ainsi on trouve des pots de chambre recensés dans le mobilier des salles à manger. 

Au Moyen-Âge, le système de fosse existe déjà parfois dans les maisons des villes. Mais, l'usage des pots en terre est le plus commun. On sait que la pratique courante reste le tout-à-la-rue. Certains châteaux forts ou monastères sont quelques fois plus en avance dans la mise en place de lieux d'aisance. On retrouve ainsi dans les murs des tours un retrait servant de latrines. L'évacuation se fait directement dans les fossés.

À l'époque de la Renaissance, les pots sont partout. Mais, l'âtre d'une cheminée reste bien plus pratique… Les chaises percées se répandent au XVIIe siècle surtout chez les plus nobles. On va «à la garde-robe», c'est-à-dire là où est placée la chaise. En général, elles correspondent à de belles pièces d'ébénisterie. À Versailles certains rois, tels que Louis XIV reçoivent sur «ce trône». Les toilettes avec une cuvette et un système d'évacuation ne font leur apparition qu'au XVIIIe siècle.

Dans les rues de Paris, les urinoirs publics sont créés par le préfet Rambuteau (1791-1869). Ce sont les premières vespasiennes. Les «chalets dits de nécessité» voient également le jour. Ils permettent enfin aux femmes de se soulager. Mais ces lieux restent réservés aux privilégiées: l'accès est payant. Les longues jupes de ces dames peuvent donc toujours être bien utiles! À Paris, ces chalets se situent au marché aux fleurs de la Cité, place de la Madeleine ou encore à la Bourse.

Et de nos jours ? Pas chez soi, il y a maintenant des toilettes dans les maisons ou les appartements, et non plus au fond du jardin comme il y a plus d'un demi-siècle, mais ailleurs ? Par exemple, quand on visite une ville, où peut-on aller ? Dans un café, c'est vrai, mais comme pour y accéder, il faut consommer... Donc faudra rapidement trouver un second café, et ainsi de suite. Dans les toilettes publiques des rues ? Il n'y en a pas partout, et de loin, et les édicules automatiques qui s'y trouvent parfois ont le côté inquiétant du machin dont on ne pourra plus sortir... Dans les gares, là, oui, il y a ce qu'il faut, à 80 centimes l'acte !!

J'ai le souvenir des jardins du château Saint Ange à Rome, où, malgré l'afflux de touristes, il n'y avait qu'un endroit disponible avec 5 toilettes seulement. Autant dire que l'attente s'éternisait.. Sauf à se soulager dans les tunnels sombres creusés dans la muraille d'enceinte ! A l'autre bout du monde, au Perito Moreno en Argentine, qui draine lui aussi un grand nombre de visiteurs, il y avait un sous-sol composé uniquement de W-C d'une propreté parfaite, et là, pas besoin d'attendre, il y avait ce qu'il fallait ! Je ne sais pas ce qu'il en est en Suisse ou dans les pays nordiques, réputés pour leur hygiène et leur propreté.

Il y a encore trop d'endroits où ce problème est évacué, sans jeu de mots, ce sont des choses dont on ne parle pas, comme si l'être humain n'avait aucune fonction d'excrétion d'implémentée ! C'est vrai aussi que pour les messieurs, la chose est facilitée, mais pour les dames, surtout plus très souples, que de complications pour un acte si banal ! 

Une journée comme les autres

Décidément, les joueurs n'ont pas eu de chance en ce lundi de Pâques alors que le temps maussade d'une partie du pays incitait à rester devant son écran. A midi, L'île de Corail ne fonctionnait plus, maintenance... Gros problème sans doute, puisque ça a duré 3h, et pendant ce temps, le délai pour la mission en cours diminuait inexorablement. "Unfortunately we faced with some loading issues due to technical conditions, beyond our control.". A 15h c'était rétabli, et les accros se pressaient de faire ce qu'ils avaient à faire et n'avaient pas pu faire !

Tout était reparti jusqu'à ce que ce soit Facebook qui se mette à dérailler, si le site fonctionnait normalement, aucun jeu n'était accessible. Les gens qui étaient déjà en train de jouer n'ont rien remarqué, mais ceux qui voulaient en lancer un ne le pouvaient pas. Quel drame !!! Tout s'est rétabli rapidement, à peine eu le temps de se plaindre !!

En fait, on vit dans un univers virtuel. Sur le jeu de l'île de corail, on joue en équipe de 10 à 40 personnes, et il y a en plus une messagerie, un tchat, où l'équipe peut discuter. On y fait des échanges d'objets divers, on y demande de l'aide, parce que l'équipe travaille ensemble, on y donne ses impression sur telle ou telle phase du jeu parce que tout le monde ne fait pas la même chose au même moment, mais on y discute aussi cuisine, vacances, météo, etc... On est séparé par des centaines de kilomètres, dans tous les coins de France (de Belgique, de Suisse et même de Québec), on ne se rencontrera certainement jamais, mais on aime bien être ensemble et jouer ensemble. Les mots sont inaccessibles aux non joueurs, du genre : "qui peut m'envoyer des plumes bleues ?"... "Moi, je peux, contre du fer ou des citrouilles".. "Parfait, je te le dépose près de ton totem".......

Enfin, quand on le peut, parce que le lendemain, une autre panne survient sur L'île de Corail et s'éternise en "technical works" au grand dam de tous les joueurs, privés une fois de plus de leur distraction favorite et du monde virtuel dans lequel ils aiment bien vivre. Les protestations pleuvent ! Les suggestions aussi : des cadeaux conséquents, un rallongement du temps imparti à la mission, des menaces de quitter le jeu si les pannes sont toujours aussi fréquentes... Certaines même conseillent d'en profiter pour effectuer les tâches ménagères laissées en friche quand on s'amuse tandis que d'autres disent que ce n'est qu'un jeu et que ça ne sert à rien de rouspéter..

A côté de ça, on voit défiler dans ses actualités des petits chiens, des chats, des bébés, des histoires drôles, des recettes de cuisine, des vidéos en tous genre, on commente ou pas, on like ou pas, on supprime ce qui agace, on admire certaines photos, et on sourit d'en voir d'autres plutôt moches, on observe en soupirant le faible niveau d'orthographe ou de grammaire de certains, on s'étonne de voir tant de seniors (majorité de femmes) qui jouent avec ardeur et assiduité et d'autres qui, sans se douter des risques, postent n'importe quel contenu, que tout le monde peut voir...

C'était la Vie Quotidienne sur un grand réseau social !



8 avr. 2017

Haro sur la province !

Les grands quotidiens nationaux proposent souvent à leurs lecteurs des collections d'ouvrages sur différents sujets. C'est le cas en ce moment du Figaro, qui offre une collection de 40 volumes reliés et fort bien présentés, traitant des grandes figures de la spiritualité chrétienne, de saint Thomas d'Aquin à mère Teresa en passant par saint Jean Chrysostome ou sainte Thérèse d'Avila.

Ces livres paraissent le jeudi et on les trouve chez le marchand de journaux local. On les trouvait, devrais-je dire, parce que ce n'est plus le cas maintenant. Jusqu'au 15ème volume, les livraisons étaient aléatoires, il fallait attendre un jour ou deux de plus, on finissait toutefois par les avoir. Mais là, la Maison de la Presse n'en reçoit plus du tout. Que faire pour terminer cette passionnante collection ? Les commander sur Internet par exemple ?

Oui, mais pas si simple... Parce que quand on arrive sur le Figarostore, et qu'on remplit le formulaire de commande, on récupère un message d'erreur sybillin, où je n'ai compris que "already exist". Ah bon, j'ai déjà un compte sur ce site moi ? Je téléphone au service client. Le monsieur fait des recherches et m'indique qu'effectivement, il y a déjà un compte avec l'adresse mail de mon mari, suite à un ancien abonnement à une revue rachetée depuis par le Figaro. Je passe donc ma commande au téléphone et comprends comment il faudra que je procède la semaine prochaine pour la suivante.

Plusieurs remarques :

Déjà, pourquoi ne puis-je pas me créer un compte personnel, un nouveau compte ? C'est ce que j'avais tenté de faire sans succès, mais avec la même adresse postale, évidemment. Mystère de la gestion de leur base de données.

Sachant qu'il est facile de trouver ce livre à la gare St Lazare par exemple, ou ailleurs à Paris, pourquoi n'est-il plus distribué dans ma province ? On nous rebat les oreilles avec le maintien du commerce de proximité pour dynamiser les centres des bourgs et éviter la fuite vers les grandes surfaces, encore faudrait-il les traiter comme ceux des villes, sinon, c'est de l'hypocrisie pure et simple. Parce que s'il faut faire 30 kms en voiture, si pas plus, pour aller récupérer un bouquin, ce n'est pas écologique, n'est-ce pas messieurs, vous qui prêchez la consommation locale ? Mais c'est vrai que ces gens-là n'habitent pas la campagne !

Je ne suis pas prête à recommencer une collection semblable, c'est trop le jeu de piste pour la suivre sur 40 volumes, et pourtant, celle-ci est de grande qualité, tant dans le fond que dans la forme, ce qui justifie les efforts déployés, même si on les déplore....

5 avr. 2017

Spam Renault

Quand on achète un véhicule chez Renault (mais je suppose que ce n'est pas très différent chez les autres), on est abreuvé de propositions en tous genres, de publicités pour des garanties supplémentaires, des accessoires et autres gadgets tous aussi indispensables les uns que les autres pour l'heureux propriétaire d'une voiture de cette marque (qui a si bien choisi...). Passe encore pour les garanties, les forfaits entretien, et autres propositions en rapport direct avec l'achat, mais il y en a un dont on se demande ce que ça vient faire là.

Il s'agit d'un "truc" pour retrouver clés, téléphone mobile, et autres papiers égarés. Donc, voilà comment il faut procéder (je n'invente rien, j'ai le papier sous les yeux).

En premier, on vous envoie par courrier un lot d'étiquettes auto-collantes à fixer sur les objets, et un code d'activation. Oui, parce qu'il faut activer un compte. Pour ça, il faut aller sur un site web, ou scanner un QR code fourni dans le document. Une fois sur le formulaire d'activation il faut indiquer :


  • le numéro d'identifiant client qui est mentionné dans le dernier paragraphe de la lettre jointe au document
  • le code d'activation
  • le numéro objet mentionné sur les étiquettes fournies


Ensuite, on colle les étiquettes, et on attend de perdre l'objet.....

Et c'est là qu'on se marre, parce que si quelqu'un trouve l'objet perdu, il lui faut :


  • Aller sur le site qui gère ce truc
  • Laisser ses coordonnées
  • Indiquer le numéro objet à 9 chiffres de l'étiquette


Ceci fait, le site alerte celui qui a perdu par un SMS avec les coordonnées de la personne qui a retrouvé, qu'il faudra alors contacter avec les dites coordonnées pour récupérer l'objet.....

Plus compliqué tu meurs !!

Qui, trouvant un téléphone mobile, ou des clés, va faire cette longue démarche et donner son nom et ses coordonnées (bonjour la discrétion...) ?? Déjà rapporter la chose aux Objets Trouvés ou au commissariat de quartier n'est pas évident, mais là, c'est le comble ! On a aussi vite fait de coller une étiquette avec une adresse mail (pas la principale, évidemment, une adresse type "poubelle") ou un numéro de mobile, ce qui est plus risqué, sans passer par toute cette procédure. Quant aux papiers d'identité, comme il y a le nom et l'adresse dessus, celui qui les trouve peut toujours les renvoyer par la Poste s'il en a envie.

Ce service parfaitement inutile, est offert par Renault pendant 1 an. Est-il payant ensuite ? Ce serait le comble....

En plus, quel rapport avec l'industrie automobile ???


3 avr. 2017

Lyon 2017

Traditionnelle virée annuelle à Lyon, ville toujours aussi séduisante que variée, sans oublier les excès de table dus à la gastronomie locale... Quenelle, saucisson pistaché, salade lyonnaise et autres lentilles si bien accommodées, le tout arrosé d'un pot de Mâcon bien frais ! Des transports en commun très bien organisés qui permettent d'aller partout, et le plaisir de voir le chœur de la Primatiale Saint Jean enfin fini de restaurer où les vitraux se détachent sur les pierres blanches donnant à l'ensemble une sobriété et une beauté remarquables.


Quand le TGV est en forme, ce qui n'est hélas pas toujours le cas, on ne met pas longtemps à rejoindre Lyon depuis Paris (un peu plus depuis ma campagne..) et là, on a l'embarras du choix pour visiter musées et édifices, places et points de vue, quartiers historiques et traboules, petits bouchons et immenses brasseries !

Quelques photos. Sur celle de nuit, le trait rouge est la grue qui surplombe les grands travaux de l'Hôtel-Dieu.


Pont de la Guillotière

En allant vers la place Bellecour

22 mars 2017

La petite dernière

Dans moins d'un mois, ça fera 50 ans que j'ai passé le permis de conduire, un beau matin (fallait le passer avant d'aller travailler), dans les rues de Mantes-la-Jolie (*). Si la première voiture que j'ai eue était une DAF automatique neuve (j'avais été traumatisée par le péché mortel qui était "caler" pendant que je prenais des leçons de conduite) les suivantes ont été à boîte mécanique, parce que c'était plus facile à trouver d'occasion, et qu'il s'agissait de la seconde voiture du foyer.

Là, ma petite auto, qui allait sur ses 13 ans, commençait à donner des signes de faiblesse, fallait faire quelque chose, même si je l'aimais bien, mais faire des frais (de plus en plus importants) sur une voiture qui est en fin de vie n'est pas le plus raisonnable. Fallait en changer, mais acheter une voiture neuve à mon âge, moi qui les garde plus de 10 ans, n'était pas non plus très raisonnable, et trouver "la" bonne occasion dans les petits modèles envisagés était plus compliqué. Donc, on prend une location-vente (ou leasing en bon français), qui a au moins l'avantage de ne pas avoir à s'occuper de l'entretien ou des pannes éventuelles, tout étant pris en charge sans frais.

Et la petite dernière est arrivée ! Toute blanche, toute brillante, toute propre (pour l'instant), toute jeunette, indiquant 5 kms au compteur, avec plein de petits trucs amusants : matériel dédié pour poser son téléphone et l'utiliser en bluetooth (**), mais aussi en GPS avec application dédiée gratuite (***), musique sur clé USB (paraît que le lecteur de CD c'est ringard (****), qu'on m'a dit), vide-poches originaux, et surtout sièges arrière très faciles à replier pour agrandir le coffre.

D'accord, ce n'est pas une grosse auto qui va vite, mais comme je ne vais jamais vite, et jamais bien loin non plus, elle me suffit amplement. Facile à conduire, facile à garer, c'est tout à fait ce qu'il me fallait.

Nous allons vivre ensemble pendant 4 ans, après, on verra ce qu'il adviendra d'elle ou de moi !




(*) C'était je pense, beaucoup plus facile qu'aujourd'hui, et surtout moins onéreux, de ça, je suis sûre.
(**) Ce qui ne me servira à rien, je ne téléphone jamais en voiture, c'est pour moi un principe aussi intangible que 0 g d'alcool quand je conduis. Mais pour l'utiliser en GPS, là, ça m'intéressait nettement plus. 
(***) J'en ai déjà une qui me va bien, pour le peu que je l'utilise...
(****) Que dire de ma Clio qui n'avait qu'un lecteur de... cassettes ! Alors que je n'en avais déjà plus !