28 mars 2010

La fin d'une époque ?

IRC est un protocole qui a dépassé les vingt ans. Son avenir est-il compromis avec la vague des messageries instantanées diverses, des réseaux sociaux et autre micro-bloggings, à l'instar d'Usenet phagocyté par les multiples forums de discussion ? Certes, il est possible que cette impression de mort lente tienne peut-être au seul serveur Freenode où j'ai mes habitudes, mais si on élimine le chan Wikipédia où il y a toujours de 70 à 100 personnes, et où les temps morts sont très rares, les autres, qu'il s'agisse de petites structures rassemblant quelques copains, ou de plus grandes affiliées à des sites connus, le processus de désertification, comme diraient les écologistes, me semble bien avancé.

Il y a deux ou trois ans, les salons étaient remplis, il était parfois difficile de suivre plusieurs conversations qui s'entrecroisaient, il fallait suivre pour ne pas perdre le fil et être vif pour lancer un nouveau sujet, les doigts couraient sur le clavier à toute allure. Et puis, l'un est parti, l'autre est venu de plus en plus rarement, le troisième a déménagé ou s'est marié ou a eu d'autres distractions, et là où on rencontrait plusieurs dizaines de personnes chaque jour, maintenant, on n'est plus que deux ou trois à certains moments, quand le chan n'est pas complètement désert pendant de nombreuses heures.

Alors, quelle conclusion faut-il en tirer ? Que ce phénomène de désaffection ne s'observe que sur certains chans de Freenode et n'est pas généralisable ? Ou que ce protocole n'est plus utilisé, tué par ses successeurs ? Que la pléthore de moyens de communication soit venu à bout des plus anciens ? Je n'ai pas la réponse !

2 commentaires:

darkoneko a dit…

J'ai une conclusion assez différente, pour avoir vu le déclin d'une serie de chans sur worldnet.

Plutôt que le média, ce sont les communautés qui s'estompe ; mais rien ne dis que d'autres communautés ne se crééent pas à côté, sur d'autres chans :)

olivier a dit…

Je ne suis pas sûr Darkoneko. Les communautés ne s'estompent pas, mais elles changent de moyens. Quand je parle autour de moi d'IRC, les gens me regardent avec de grands yeux et se demandent de quoi je parle. Les jeunes se retrouvent sur MSN pour discuter. D'autres réseaux ont pris le relais, Facebook et surtout Twitter. On a pu le constater lors du tremblement de terre d'Haïti, ces réseaux ont permis une large diffusion en temps réel de l'information.
Aujourd'hui ces nouveaux réseaux sont accessibles à partir d'un téléphone portable, qu'en est il de l'IRC ?
Alors, la mort de l'IRC ? Définitive, peut être pas, quelques irréductibles continueront (comme les lignes de commandes) à l'utiliser, mais il est certain que d'autres jeunes réseaux se développent au détriment des anciens.