13 nov. 2010

Des routes, des lacs et des rivières

Le travail encyclopédique ne se limite pas à pêcher des perles (Cf ci-dessous) ou à nettoyer les divers vandalismes, c'est aussi un travail d'édition. Après m'être intéressée aux saints, aux églises et aux villages autour de chez moi, je suis partie un peu plus loin, vers un état américain que j'aime tout particulièrement, l'Alaska, sur lequel il y avait peu de choses sur la Wikipédia francophone, alors qu'il y avait pas mal d'articles sur la version anglophone.

On se dit qu'on va traduire quelques articles, histoire de voir, à condition qu'ils soient courts, et qu'ils aient des images, et c'est l'engrenage... Par exemple, j'avais entrepris de traduire les articles concernant les routes. Ce n'était pas bien compliqué, des routes, là-bas, il n'y en a pas beaucoup. Mais ces routes desservent des villes, quelques unes, et de plus petites localités, donc, petit à petit, j'ai traduit quelques articles sur les villes, mais de fil en aiguille, je me trouve entraînée dans une boucle sans fin.

Ce matin, partant de la Sterling Highway dans la Péninsule Kenai, j'ai traduit l'article sur la ville de Kasilof qui est au kilomètre 175 de la dite route. Mais... il y a aussi une rivière qui s'appelle Kasilof , allons-y pour la rivière.. laquelle prend sa source dans le lac Tustumena , on continue par le lac, lequel provient d'un glacier éponyme... Là, je me suis arrêtée, juste avant le glacier, parce que j'ai vu qu'il n'existait pas de catégorie Lac d'Alaska (alors qu'il y a une catégorie pour les lacs du Montana, Wisconsin, et autres états des 48 d'en bas). Donc, il fallait créer la catégorie, et pour que le pauvre Tustumena Lake n'y soit pas tout seul, j'ai vite fait traduit Bear Lake , qui est du côté de Seward. Et j'ai vu que chez les anglophones, il y avait plein d'articles sur les lacs... donc...

Enfin, il y a encore de quoi bien s'amuser. Au train où je suis partie, je crois que quand je retournerais là-bas, je vais pouvoir faire le guide ; d'accord, après avoir perfectionné mon anglais oral qui est un peu limite, et avoir appris à piloter un avion de brousse, ou un attelage de chiens, parce que ce sont les seul moyens d'atteindre certaines capitales du Yukon-Koyukuk (non, c'est pas un gros mot, c'est une région d'Alaska).


L'illustration est une photo de la rivière Kasilof, transportant ses alluvions bleus, ce qui lui donne cette étrange couleur, elle se trouve sur l'article du même nom.

1 commentaire:

olivier a dit…

Heureusement que l'Alaska, dont la superficie est trois fois celle de la France, est seulement habité par une population égale à celle d'un département français et encore pas parmi les plus peuplé, donc il y a peu de villes et peu de routes, mais surement beaucoup de rivières et lacs.
Alors bon courage pour ce travail titanesque (n'ayons pas peur des mots) et surement plus intéressants que le rôle de nettoyeuse.