8 déc. 2010

Vue de ma fenêtre



En cette après-midi de décembre ! Et non, je ne suis pas partie dans le Yukon-Koyukuk... On se dit que c'est normal qu'il neige en cette saison, qu'il n'y a pas à en faire une telle affaire, que ce n'est ni exceptionnel ni ahurissant. Mais on ne dirait rien si... ça ne perturbait pas autant la vie quotidienne. Quand il neige sous nos latitudes, les voitures ne roulent plus, les routes sont impraticables, les camions en travers, les gens qui habitent en coteaux ne peuvent plus rentrer chez eux, les avions sont cloués sur les aéroports, et même les trains ont froid à leurs caténaires. Donc, le quotidien devient difficile, voire dangereux. Et chaque fois, on se pose la même question : comment font les autres ? Ceux du Yukon-Koyukuk par exemple, eux, c'est vrai, il n'ont ni route ni trains, et ont des traîneaux à chiens, mais, aussi, dans des lieux moins Last Frontiere, les Canadiens à Québec ou à Montréal, ou plus près de nous, les Suédois, Norvégiens et autres populations nordiques (parce que les autres européens, plus au sud, semblent tout aussi démunis que nous) ? On répond immédiatement : mais eux, ils ont l'habitude, ils sont équipés. Ce qui est vrai, et heureusement, parce que s'ils devaient arrêter de travailler et de se ravitailler plusieurs mois de l'année, ils n'existeraient plus depuis longtemps ! Mais voilà, tout ça coûte excessivement cher, et si on peut investir dans les matériels nécessaires, saleuses, sableuses, chasse-neige, etc.. quand on sait que tous les hivers on va s'en servir, il est bien plus difficile de l'envisager quand l'enneigement est rare ou très ponctuel. On se souvient de la réflexion de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, confronté aux récriminations des habitants lors d'une forte chute de neige dans sa ville, leur répondant, avé l'assent, qu'il aurait bien du mal à faire voter à son Conseil l'achat d'un chasse-neige qui serait utilisé une fois tous les dix ans, et encore !

Dans les campagnes, on pourrait aussi demander de l'aide aux agriculteurs, quand il en reste, comme ça se fait dans certains villages, ou d'inciter chacun à déneiger son bout de chemin, mais ça n'aiderait pas les aéroports à fonctionner, ni les départementales à être déblayées. Alors ? On n'a plus qu'à prendre son mal en patience en se disant ... que ça ne devrait pas durer trois mois !

En attendant, j'hésite, dois-je investir dans un attelage de chiens ou adopter un couple de rennes ?

3 commentaires:

olivier a dit…

tu as aussi la solution de la motoneige :-)

Si il y a réchauffement de la terre, les hivers semblent avoir tendance à devenir plus rigoureux. Mais ces épisodes neigeux permettent d'avoir de beaux paysages tout blanc et c'est joli. Et puis, c'est amusant de déraper (un peu) sur les routes de campagne.

Et bien, on interdit les ramassages scolaires pendant ces périodes, on devrait aussi interdire les poids lourds qui bloquent les routes et ..... obliger les gens à rester chez eux :-)

darkoneko a dit…

avé l'assent, qu'il aurait bien du mal à faire voter à son Conseil l'achat d'un chasse-neige qui serait utilisé une fois tous les dix ans, et encore !

ah cé malin, té, du coup la phrase s'est lue dans ma tête avec l'accent du sud :D

merlin8282 a dit…

Les chiens. C'est moins cher à nourrir et ça te mange les restes, à table :p