3 déc. 2009

J'aime pô l'mois d'décembre

Ah non alors, j'aime pô du tout ce mois, sa grisaille même en plein jour, son humidité, ses jours de plus en plus courts, si courts qu'on a l'impression qu'on glisse petit à petit dans un trou de plus en plus noir....

Mais, les rues qui s'illuminent, les guirlandes, les couleurs ?

J'aime pô les guirlandes, c'est moche, c'est lourd, ça coûte les yeux de la tête en matériel et en énergie, c'est toujours les mêmes, le père noël qui court avec sa hotte, le lutin qui grimpe, le renne qui tire le traineau, c'est d'un banal...

Oh, tu crois, mais les maisons dans les campagnes qui... ??

J'aime pô les maisons illuminées, c'est laid, de mauvais goût, tu parles, les stalactites lumineuses dans une région où il neige une fois tous les cinq ans, les boules de couleur qui clignotent, et l'affreux père noël qui grimpe à la cheminée, qu'on le voit partout, je déteste !

Alors, les fêtes, les cadeaux, le chapon, le....

Ah non, j'aime pô les fêtes, cette époque de l'année où il FAUT s'amuser, où il FAUT boire et manger, où le commerce et les gens s'efforçent de créer un besoin, pour ensuite s'apitoyer sur ceux qui sont "seuls pour les fêtes". Quelles fêtes d'abord ? C'est quoi ce mélange de profane et de sacré, de grande bouffe et de crêche ? Les cadeaux ? Paraît qu'il y en a plein à vendre sur e-bay dès le 26 décembre !

Bon, bon.. mais quand même la famille, les enfants..

Ouais, la tata qu'on ne voit que ce jour là, on s'en passerait aussi bien que les 364 autres jours de l'année. Les amis d'amis qui sont souvent d'un incommensurable ennui quand ce n'est pas d'une redoutable connerie.. Quant aux enfants.. bof, dès qu'ils grandissent, ça les enquiquine aussi pas mal ces réunions de famille qui s'éternisent.

Alors, décembre, les boutiques décorées, les achats, les odeurs de pâtisserie, le vin chaud des marchés de Noël, la neige, les sapins, la musi...

Où ça la neige et les sapins ? Bien longtemps qu'il n'y a plus de neige en décembre sous nos climats, et même que ça ne devrait pas s'améliorer, de la musique dans les rues ? Comme s'il n'y avait déjà pas assez de bruit comme ça, j'te dis que j'aime pô le mois de décembre, j'aime pô ces réjouissances programmées, et puis d'abord, j'aime pô tous ces gens dans les rues, et pi, j'aime rien d'abord.

5 commentaires:

Coyau a dit…

Ah oui, tiens, les épouvantails sapés en père noël qui pendouillent sur les façades...
À chaque fois que j'en vois un, je suis pris de l'envie d'appeler les secours en disant qu'il y a un type qui essaye de se suicider.

olivier a dit…

:-D

Excellent !
Analyse très juste d'une coutume annuelle entretenue avec vigueur pour fêter l'arrivée de l'ELU venu nous sauver. Quand on voit le résultat, ferait mieux de faire profil bas.

Tiens, au boulot, mes collègues tentent de décorer le service avec quelques guirlandes accrochées le long des murs et quelque boules au plafond; je trouve cela d'une affligeante tristesse.

En fait, je me rends compte que je n'aime pas cette période de l'année pour les même raisons que Théoliane

merlin8282 a dit…

...et il n'y en a que pour les consommateurs, des fêtes. C'en est devenu insoutenable ! Noël, Päques, la Saint Valentin, la fête de la bière (bon, j'en vois déjà qui crient...), la fête de la musique, la fête d'internet, le téléthon, etc. etc.

Séverine a dit…

Quoi quoi on se permet de critiquer la fête de la bière !!!!!!!!!!! Pfffffffffff keine Kultur. Remarque la fête de la bière c'est tous les jours ;-p

Rhadamante a dit…

Ouais pas mieux.

Moi, en plus, je rajoute les programmes spéciaux de Noël à la télé: les films neuneux sur le thème de Noël (les américains semblant être les champions du genre), les rediffusions, les émissions spécial Noel, les bêtisiers...

Non vraiment, et le simple fait d'avoir une période programmée ou tout le monde *doit* être heureux, baigner dans une forme de béatitude hérisse le poil. SI je pouvais j'hibernerais de fin novembre à mi-février...