27 mars 2013

Un artiste aussi inconnu qu'oublié



Mario Laboccetta est un artiste peintre italien du XXe siècle, surtout connu par ses illustrations de revues légères, et par les aquarelles qu'il a réalisées pour illustrer Les contes d'Hoffmann en 1932, et les Fleurs du mal l'année suivante. Très typique de l'art des années folles, ses oeuvres représentent des femmes lascives, au milieu de décors tout en volutes aux couleurs estompées. En les regardant on sent l'odeur de la tubéreuse et de la poudre d'iris, les touffeurs de fin d'orgie, on est d'emblée dans une atmosphère onirique et hors du temps.

J'ai découvert cet artiste dans une édition d'il y a un demi-siècle des "Fleurs du mal", de Baudelaire, et ses illustrations collaient parfaitement à l'ambiance de bon nombre de poèmes de cet auteur, à tel point que j'ai conservé pieusement ce volume jusqu'ici, même s'il est maintenant un peu dépenaillé.

Mais je ne sais rien de cet artiste, ni sa date de naissance, ni s'il existe un catalogue de ses oeuvres, ni où il vivait, ni si quelqu'un se souvient encore de son existence.....

Et qui lit encore Baudelaire ? En dehors de la période scolaire ? Et pourtant, quelle langue, quel talent ! En voici un, parmi tant d'autres... Pas vraiment en rapport avec l'ambiance des illustrations de Laboccetta, mais si évocateur...

Harmonie du soir

Voici venir les temps où virant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux receuille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !


Je suppose que Mario Laboccetta n'est pas mort depuis plus de 70 ans et que ses oeuvres ne sont pas dans le domaine public, mais tant pis, peut-être que ce scan illégal permettra à certains de le découvrir !


2 commentaires:

Diego Cerrotta a dit…

Mario labocetta est enterré dans le caveau de mon papa à Capri.
je l'ai connu puiqu'il a vécu les dernières années de sa vie dans une des maisons de mon grand-père.
J'ai de nombreuses oeuvres originales de cet artiste.

Hélène a dit…

J'aime beaucoup ce qu'il fait, et vous remercie de votre passage et de votre commentaire.