2 janv. 2010

A propos de trains...

Il est toujours amusant de brocarder les personnalités politiques ou scientifiques qui, dans une grande envolée lyrique et publique ont proféré une somptueuse ineptie qui fera bien rire les générations futures ! Il est vrai que, dans le domaine technique, par exemple (et je ne parle pas ici de tout ce qui a pu être dit par des gens qui s'y connaissaient, sur Internet...), certaines assertions font sourire un siècle et demi après. En voilà un petit florilège, concernant justement, le train.

Arago en 1848 : « Ce ne sont pas deux tringles de fer parallèles qui changeront la face du pays. »

Adolphe Thiers : « Le chemin de fer n'est qu'un amusement de savants. »

Michelet : « C'est sans compter sur les troubles respiratoires et digestifs qu'entraînera le passage trop rapide d'un climat à l'autre. »

Un médecin allemand : « Le transport des personnes au moyen de voitures mues par la vapeur doit être prohibé dans l'intérêt de la santé publique parce que leur mouvement rapide ne peut manquer de provoquer des troubles sérieux dans le cerveau des voyageurs, des troubles qui sont de la nature du délirium tremens. »

Un anonyme : « la France va devenir un gigantesque brasier parce que les flammèches crachées par les cheminées des locomotives vont provoquer d'effroyables incendies dans les champs de blé. » (ça, ce n'est pas tout à fait faux...)

La ligne Paris-Rouen-Le Havre a été inaugurée le 4 mai 1843. Le voyage s'est effectué en 4 heures et dix minutes, en présence de hautes personnalités de l'époque, dont les deux fils de Louis Philippe. Ce même Louis Philippe aimait à aller passer quelques jours à Vernon, au château de Bizy, et prenait le train pour s'y rendre. Il disait alors : « Quelle merveilleuse invention que le chemin de fer, de Saint Germain à Bizy, je mets tout juste cinq quarts d'heure ». Une heure et quart pour faire Paris Vernon ? Il y a environ 150 ans ? Eh bien, là, en 2010, entre les incidents de personnes, les arrêts de travail d'une certaine catégorie de personnels, les problèmes techniques de caténaires ou de passage à niveau, les trains "initialement" prévus.... il arrive même que certains jours, on mette encore plus de temps que ça !! Quelle merveilleuse invention quand même, et quel progrès !

Un grand merci à notre historien local préféré, Michel de Decker, qui m'a fourni les citations de ce billet, issues de son ouvrage "Les grandes heures de la Normandie".

1 commentaire:

olivier a dit…

"« Quelle merveilleuse invention que le chemin de fer, de Saint Germain à Bizy, je mets tout juste cinq quarts d'heure ». "
Il faut préciser qu'il faut 13 heures de marche pour se rendre de Saint Germain à Bizy, soit environ deux jours, et probablement un journée à cheval.
Deux heures pour faire Paris - Nantes, ces messieurs doivent se retourner dans leur tombe.
Et heureusement qu'ils n'ont pas connu l'avion, ils auraient fait une crise cardiaque les pauvres.