4 juin 2010

Peut-on se passer d'Internet ?

Notre monde actuel, tout du moins dans nos pays occidentaux, a apporté un certain confort matériel, notre vie quotidienne est bien moins difficile que celle que nos ancêtres ont connue, mais le revers de la médaille est que nous sommes devenus totalement tributaires de ces facilités. Déjà l'électricité, on constate que lors d'une longue panne de courant, on ne peut plus se chauffer, s'éclairer, faire de la cuisine (*), téléphoner (**), que rapidement on n'a plus d'eau sur l'évier (le château d'eau, dont le remplissage est assuré par une pompe électrique se vide et ne se remplit pas), qu'en ville les feux rouges ne fonctionnent plus, entraînant des embouteillages, que les ascenseurs restent immobiles... et on pourrait citer de nombreux autres exemples montrant qu'on ne peut plus se passer d'électricité, parce qu'on n'en a plus les moyens ! Qui arrive encore à lire à côté d'une lampe à pétrole ? Où sont les fontaines publiques pour aller chercher de l'eau ? Qui a encore une cheminée dans un appartement de ville ? Qui a la force de grimper 20 étages à pied ?

Et Internet, peut-on s'en passer ? Pour certains, c'est un non catégorique, ceux qui vivent dans le cybermonde en permanence, surfant entre chats et blogs, réseaux sociaux et forums de discussion, dont les journées se passent devant un écran, à guetter leurs tweets, à surveiller l'arrivée de leurs mails, à zoner sur tout site de musique, vidéo pour avertir les autres de leurs trouvailles. Pour ceux-là, la vraie vie est là, le reste n'est que nécessité triviale et physiologique, et ce sont les mêmes qui pistent les accès wi-fi et consultent leur Iphone ou Blackberry en permanence et hurlent quand la réception est mauvaise ou inexistante.

Et pour les autres, ceux qui ont encore une vie en dehors de la cybersphère ? Eh bien, on s'aperçoit que petit à petit, toute communication extérieure se passe par Internet, qu'il s'agisse d'activités administratives, syndicales, municipales et même paroissiales ! On déclare ses impôts sur Internet, on y transite pour échanger des informations diverses, on reçoit par mail les modalités de divers rendez-vous, on télécharge des documents, des e-books, des modes d'emploi, on récupère les photos du petit dernier qui est né au bout du monde, on y fait ses réservations hôtelières, on y consulte les pages jaunes pour trouver un commerçant, etc... etc.... à tel point qu'on se demande parfois comment on faisait avant !

Alors, comme le courant électrique, l'accès à Internet est devenu indispensable à notre vie quotidienne ? J'ai bien peur que la réponse soit oui... et de plus en plus. Mais, sachant que l'accès à Internet est lui-même tributaire de l'électricité, laquelle est tributaire du vent, du fuel, du soleil, des torrents, des marées, de l'uranium... Bon, je sens que je vais aller chasser le mammouth avec ma sagaie et le faire rôtir sur le feu allumé avec un silex, en faisant des signaux de fumée pour avertir mes invités !

(*) Pour les ceusses qui n'ont pas le gaz évidemment
(*) Faut pas oublier que les téléphones sans fil ont besoin de courant pour fonctionner, contrairement aux anciens combinés, et que les portables ont aussi besoin de courant pour recharger leurs batteries.

5 commentaires:

Séverine a dit…

Pour la chasse au mammouth, n'oublie ta peau de bête.

olivier a dit…

.... "en faisant des signaux de fumée pour avertir mes invités !"
Et bien voilà, il restera au moins les apéro géants :-)

Electricité, Pétrole, Internet sont les moteurs du monde

Antoinr a dit…

... sauf que pour le pétrole, va y avoir un problème d'ici peu.

olivier a dit…

…. et ce pic pétrolier risque d'arriver plus tôt, car je ne pense pas que ces experts aient pris en compte tout le pétrole que BP déverse dans la mer.

Anonyme a dit…

bien sur, quelle question!