17 août 2011

Ballade virtuelle at The Last Frontier

Depuis quelque temps, j'ai entrepris la rédaction d'articles sur Wikipédia concernant l'Alaska et le Yukon, j'en ai déjà parlé ici. En ce moment, j'essaye de reprendre les découpages administratifs de l'état de l'Alaska (régions de recensement, et boroughs) et d'y répertorier, en vue de créer un article sur chacune, toutes les localités qui en dépendent. Un travail de Titan ? Pas vraiment, parce que, même s'il y en a beaucoup, il n'y a pas grand chose à dire sur chacune. L'histoire de cette région du monde est jeune... Enfin, l'histoire écrite, parce que sinon, les "Natives", Yupiks, Athabascans, Eskimos et autres Dena'inas étaient là depuis longtemps, plus ou moins nomades, poursuivant le caribou et pêchant le saumon en fonction de leurs migrations pour s'alimenter et commercer entre eux. Les premiers "européens" n'ont mis les pieds là-bas qu'au début du XIXe siècle pour les plus aventureux d'entre eux : des Russes, évidemment, il ne faut pas oublier que l'Alaska, qui était possession russe, a été vendu aux Etats-Unis en 1867 (pour une poignée de dollars..). Et puis, d'autres sont arrivés, les cohortes de chercheurs d'or, et, moins d'un siècle plus tard, les militaires, pendant la Seconde Guerre Mondiale, auxquels on doit souvent les quelques rares routes existantes.

Donc, soit on construit une route, et le camp qui héberge les ouvriers sera la base d'un village, c'est valable aussi pour le chemin de fer. Soit il y a un endroit intéressant, un passage de migrations d'animaux déjà connu des Natives, donc, ils s'y rassemblent et se sédentarisent, l'école arrive, la poste aussi... Soit enfin, il y a de l'or, ou autre métal, et tout le monde accourt, des magasins s'ouvrent, des roadhouses aussi, et ... si le village résiste il continue à vivre quand le filon est épuisé, sinon, il devient une ville fantôme.

L'Alaska est un état avec très peu d'axes routiers, certaines régions, pourtant immenses, n'ont pas la moindre route pour les relier entre elles et ne peuvent être rejointes que par avion (et pas des Aribus A 380 non plus..). Il y a quand même quelques grandes villes comme Anchorage , Valdez , Palmer ou Fairbanks , des localités plus petites, comme Talkeetna ou Glennallen et une multitude de villages indiens vivant encore de la chasse, de la pêche, d'un petit artisanat, gérés pour beaucoup par le conseil tribal local, avec quelques rares activités touristiques s'ils se trouvent dans une zone fréquentée par les randonneurs (les randonneurs riches, parce que se déplacer en avion pour aller d'un point à un autre reste encore très onéreux).

Donc, j'ai circulé (et je suis loin d'avoir fini) virtuellement au milieu des villages de la région de Bethel, à l'extrême sud-ouest de l'Alaska, dans le borough de Matanuska-Susitna, nettement plus urbanisé, dans l'immense région de recensement du Yukon-Koyukuk, etc... au milieu de ces populations locales, qui, pour certains villages éloignés de tout, n'ont eu l'eau courante dans les maisons qu'en 1972, alors que dans d'autres, la vente et la consommation d'alcool est interdite... Certains ont une vingtaine d'habitants, d'autres atteignent presque les 300, d'autres enfin ont du être déménagés plusieurs fois à cause des inondations des grands fleuves et rivières qui leur permettaient, certes, de se nourrir et de se déplacer, mais qui, dans certaines zones, détruisaient aussi les habitations. Sommes-nous encore aux USA ? Mais oui... Même si Washington est bien loin !

J'ai un peu circulé, pour de vrai cette fois, dans cet état, mais bien entendu pas dans la grande majorité de ces villages, surtout ceux qui sont si éloignés des grands axes, qui n'ont qu'une méchante piste gravillonnée d'aérodrome pour les relier au reste du monde (ou des traineaux à chiens et autres motoneige l'hiver) et qui n'offrent pas plus d'hébergements que d'approvisionnements pour le touriste itinérant que j'étais. Tiens, à propos d'hiver, en janvier, dans le petit village de Tanana (voir illustration en haut de ce billet), il peut faire jusqu'à -44°C...... et il y a pire !! Sans oublier qu'à ces latitudes, il n'y a pas beaucoup d'heures de jour en janvier (*)... Il y a intérêt à avoir ses réserves de bouquins et de viande de caribou !

Evansville et Bettles
Ce n'est pas le fleuve Yukon, c'est le Koyukuk que l'on voit ici

(*) C'est nettement mieux en juillet, où il ne fait quasiment pas nuit, et où le thermomètre peut monter jusqu'à 30°.

Les illustrations proviennent de Wikimedia Commons, vous les trouverez avec leurs mentions légales sur les articles éponymes (Tanana, Evansville et Bettles), je ne vais quand même pas tout recopier ici...

3 commentaires:

SM a dit…

Décidément, tu n'en sortiras jamais de l'Alaska.Il y a tant, et c'est encyclopédique, à faire... Mais si tu penses n'avoir pas grand chose à dire sur chaque localité, pourquoi ne pas regrouper plutôt que de faire de petits articles ? ;)

Hélène a dit…

Il y a assez à dire pour que les articles fassent une bonne page, mais c'est c'est vrai qu'Evansville ou Central, ce n'est pas Paris, Lyon, ou New-York !! Et c'est vrai que leur histoire, fort semblable pour certains, est un peu répétitive, mais en les rédigeant, j'ai quand même appris plein de trucs, et que je me suis fait plaisir, n'est-ce pas l'essentiel ?

olivier a dit…

tu pourrais aller donner des cours d'histoire au petits canadiens pour qu'il découvrent leur pays.
Bon courage pour la suite de tes recherches