11 mai 2008

Droit de réponse

Afin de répondre à mes deux petits camarades qui ont eu l'amabilité de commenter le billet ci-dessous, je voudrais seulement dire que l'eeePC n'a jamais été une machine fermée, verrouillée, à laquelle on n'ait absolument pas le droit de toucher, où l'on ne puisse rien modifier. Par exemple, Asus propose via les dépots Xandros, des versions particulières d'Ubuntu à y installer ; eeebuntu en est une, il y en a d'autres.. Et dans le fameux sources.list, d'origine, figurent les dépots officiels Xandros (c'est leur pauvreté qui oblige à modifier ce fichier). Asus, dans cette distribution, fournit aussi les outils apt-get, et synaptic, que l'on trouve par défaut. Et si l'on quitte le mode Easy pour le mode avancé on se retrouve sous un bureau KDE où, à ce que je sais, ces outils sont directement implémentés dans des menus.

Tous les sites officiels ou non qui parlent de cet ultra-portable expliquent la façon de procéder, il ne s'agit en aucun cas d'expériences exotiques pour geeks aguerris. La seule chose, c'est que, contrairement aux ordinateurs grand public avec lesquels on a l'habitude de cliquer sur un .exe (ou de draguer et dropper un .dmg), là, faut utiliser la méthode Linux, avec les outils Debian.

Vous me rétorquerez que ça ne figure pas sur le documentation papier livrée avec la machine, mais.... avez-vous déjà vu un PC sous Windows où la méthode d'installation d'un programme est indiquée dans la doc papier (quand il y en a une..) ? Ou un Mac ? Alors, où est la différence ?

Donc, installer un nouveau logiciel sur l'eee, ou en supprimer un installé d'origine, n'a rien d'un hacking hasardeux et non prévu par le constructeur, c'est seulement qu'il faut acquérir de nouvelles habitudes d'installation, ce qui n'est absolument pas différent du cas d'un utilisateur qui veut passer à Linux et cherche partout des .exe !

Ceci dit, installer Debian avec RatPoison, ou Ubuntu avec Compiz, dépassant largement mon seuil d'incompétence... avec toute la mauvaise foi du monde, je veux bien concevoir que ce soit là du domaine de hackers forcenés !

1 commentaire:

olivier a dit…

Bien sûr que c'est possible, prévu par le constructeur, mais, d'ailleurs avait-il le choix de faire autrement ? Dans le cas contraire, Asus aurait été vivement critiqué et cela aurait été contraire à l'esprit de Linux.
L'EEPC est prêt à l'emploi, facile à utiliser par un utilisateur lambda. Pour le reste, il faut bien connaître Linux, être familiarisé avec les lignes de commandes. On retrouve la même démarche sur le Mac. Il faut être expert pour entrer dans les arcanes du système.