5 oct. 2021

En panne :'-(

Lundi 4 octobre, 17h, Facebook, Instagram, What's app, Messenger, sont en panne, inaccessibles... 2,7 milliards d'utilisateurs quotidiens sont privés de leurs applications préférées, c'est la cata, c'est l'horreur, l'enfer, la damnation, et pire encore !

Des millions de gens, et moi, et moi et moi ? Mais oui, moi aussi, je ne peux plus jouer vu que je joue à des jeux sur Facebook, et je vais perdre du temps sur la mission de l'île des pirates, sans parler du quadricoptère qui ne pourra pas partir à temps, c'est épouvantable non ? Vous ne comprenez pas de quoi je parle, normal, vous ne jouez pas à Coral Isle 2. Paraît qu'ils s'excusent pour les inconvénients, et qu'ils travaillent à résoudre le problème, espérons le, parce que là, ça fait déjà 2h et demi qui ça ne fonctionne plus. On va jouer au Solitaire en attendant !

22h passées, toujours en panne, donc, je ne peux pas jouer à mes jeux favoris et discuter avec mes copines, c'est que ça me manque... Et sur Twitter, tout le monde se marre et jubile, tandis que les techniciens de Facebook pédalent dans la choucroute, et que l'action de l'entreprise chute à Wall Street. Et moi, je vais chuter dans mon lit, on verra bien demain matin ce qu'il en sera.

Et ce matin, tout était rétabli, ouf, le monde entier respire ! M'enfin, Zuckenberg a perdu quelques milliards de dollars, et moi, j'ai perdu le bonus du quadricoptère qui n'a pas pu partir !!! C'est bien dramatique tout ça !

Addiction ? Qui a parlé d'addiction ?
 

4 oct. 2021

Cash !

Trouvé ce texte datant de 2019 déjà fort complotiste :

Lutter contre la disparition du Cash en utilisant le CASH !

La disparition du cash pourrait être une incroyable atteinte à nos libertés individuelles.
Tout d'abord parce qu'il permettrait de contrôler et de prendre connaissance des achats et des transactions financières de l'ensemble des citoyens.

De plus, plus rien n'empêcherait les banques ou bien l'État de geler le compte bancaire, devenu seul moyen de paiement de n'importe quel citoyen.

Comment lutter contre la disparition du cash ? En évitant le bancontact, le paiement sans contact et en privilégiant le paiement en liquide pour vos achats.

De la politique, on peut tous en faire à notre niveau !


Voilà un beau tissu d'absurdités. Parce que le cash, en français l'argent liquide, où va-t-on le chercher ailleurs qu'à la banque ? Laquelle n'ayant plus de guichet impose de passer par le distributeur, lequel fonctionne avec... Une carte bancaire !

Si l'État ou un autre Puissance voulait geler le compte bancaire d'un citoyen, le dit citoyen ne pourrait plus non plus obtenir de l'argent liquide, alors, à part piquer le sac des vieilles, comment il ferait ?

Payons en liquide, au risque de le perdre, de se le faire voler (par quelqu'un qui aurait eu son compte bloqué, par exemple...), et surtout, ne pas oublier d'aller en chercher... À la banque évidemment, parce que les billets, à moins d'être un faussaire, on ne les trouve pas sous les sabots d'un cheval !

Quand même, quand on pense que des gens croient à ces sottises, ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez, et sont tout fiers de le transmettre pour bien montrer qu'eux sont plus intelligents que les autres, les moutons (comme disent les anti-vax).

Et ils appellent ça faire de la politique.....
 

27 sept. 2021

Ah les vélos...

Il n'y en a que pour eux, haro sur les automobiles, surtout celles qui fonctionnent à l'essence, elles encombrent, elles polluent, on va tout faire pour les éradiquer, n'est-ce pas madame Hidalgo ?

Tous à bicyclette ! On est les rois ! Le code de la route, on ne le connaît pas et on s'en contrefiche, on circule comme on veut, où on veut, au feu rouge, sur la chaussée que l'on occupe entièrement puisqu'on roule en groupe, dans les routes étroites de campagne où l'on s'écarte du côté droit à cause des gravillons, et tant pis pour l'automobiliste qui ne peut plus me doubler, l'a qu'à attendre ou à prendre un vélo, comme tout le monde, on a tous les droits et quand on ne les a pas, on les prend ! De toutes façons, si une voiture nous accroche, c'est elle qui aura tous les torts, n'est-ce pas ? 


 Tous les cyclistes ne sont pas comme ça, heureusement, mais il est vrai que la cohabitation auto/vélo sur la chaussée n'est pas évidente, ils ne sont pas vraiment pas faits pour "partager la route" comme il est dit partout. Nos routes départementales sont souvent étroites, il faut carrément rouler sur la partie gauche pour doubler un vélo, donc, avoir une visibilité suffisante, et quand il s'agit de tout un peloton, comme on en rencontre le dimanche matin, là, c'est suicidaire, alors, on attend, en seconde, que ces messieurs tournent à droite par exemple...

Cet engouement pour la bicyclette, encouragée par les pouvoirs publics, pose quand même certains problèmes. Si c'est l'idéal pour se promener l'été, pour aller au boulot l'hiver, sous la pluie ou la neige, c'est moins plaisant. Quant à rapporter ses courses sur son porte bagage, il faut les faire en plusieurs voyages, sans oublier les enfants, qu'il est pas très pratique, surtout s'ils sont plusieurs, d'amener à l'école dans une remorque attelée à l'engin.. Et quid des vieux qui ne peuvent plus faire de vélo, et ont tant besoin de leur voiture, surtout en zone rurale ?

Et encore, on ne parle pas trop des trottinettes électriques, encore marginales. En fait, on ne sait pas où elles doivent circuler : sur la chaussée, mais on risque de ne pas les distinguer, surtout à la nuit tomber ; sur les trottoirs, mais c'est un grand danger pour les pauvres piétons qui voient arriver sur eux ce type d'engin.

Moi, je préconise l'âne et la carriole pour les déplacements, c'est l'idéal. Aucun frais de carburant, de l'herbe en Normandie, ça ne manque pas ; un espace important pour transporter les courses, ou les enfants qui s'amuseraient bien ; et on peut même récupérer le fumier pour en faire de l'engrais ! C'est pas un progrès totalement écologique ça ?

En tous cas en zone rurale, parce qu'à Paris, ou dans toute autre grande ville, encore faut-il savoir où ranger l'âne dans l'appartement (entrer dans l'ascenseur ou monter les escaliers n'est pas évident pour l'animal), et où le garer sur le trottoir...

Une idée à soumettre aux candidats à la présidentielle de l'an prochain ?

Pass sanitaire contre masque

 Ce n'est pas moi qui vais me plaindre de l'absence de pass sanitaire pour participer à un office religieux, mais... Il y a quelques jours, la cathédrale, pour une ordination diaconale, était archi pleine, et ce n'est pas une toute petite église, certes tout le monde avait un masque, mais la distanciation sociale ne risquait pas d'être respectée. Après la longue cérémonie, un vin d'honneur était organisé, à l'extérieur, dans une immense cour semi pavée, semi en herbe, et là, il était impérativement demandé un pass sanitaire ! C'est vrai qu'on ne peut pas boire du cidre et manger des biscuits avec un masque, mais on comprend pourquoi certains stigmatisent cette mesure (le pass sanitaire) et la trouvent inique et mal adaptée.... 


Dans le même ordre d'idée, les masques... Ah, les masques ! Depuis qu'il n'est plus imposé de les porter à l'extérieur, les gens ne le mettent que pour entrer chez un commerçant ou dans un lieu public. Donc, ils le quittent dès qu'ils en sortent, le roulent en boule dans leur poche, afin de l'avoir sous la main pour retourner dans un lieu clos. Quid alors de l'hygiène ? Parce qu'un masque, normalement, on ne doit le retirer que par les élastiques, et le déposer dans un étui propre ; si on l'a touché avec ses doigts, il faut se laver les mains ou utiliser du gel hydro-alcoolique. Le fait-on ? Non, plus du tout, donc, on se demande pourquoi il faut continuer à le porter, il ne sert plus à rien dans ces conditions ! D'ailleurs, s'il m'est arrivé de l'oublier en entrant dans une boutique, jusqu'ici, le commerçant ne m'a rien dit, pire, comme je m'excusais et allais le sortir de mon sac, une marchande m'a dit qu'elle s'en foutait totalement... C'est vrai qu'on ne compte plus les gens qui le portent sous le nez, voire dans le cou..

Bienvenue

Avant, quand on quittait un commerçant où on venait de faire des courses, il vous disait : au revoir, à bientôt, à la rigueur bon dimanche si c'était ce jour-là.

Maintenant, tous les commerçants, caissières de super marché y compris, vous saluent quand vous partez en vous disant bonne journée. Voilà une nouveauté qu'on a récupéré des américains, lesquels vous disent Have a good day quand on s'en va.

Ma grand mère, épicière, était en avance sur son temps, à ses clients qui partaient, je l'entendais dire Bonjour, ce qui est un condensé de bonne journée, non ? Faut dire qu'elle leur disait Adieu quand ils arrivaient, mais on était dans le Midi...

Autre récupération depuis les Américains, mais chez les Canadiens du Québec cette fois. Quand, dans un restaurant, on remercie d'avoir été servi, le personnel vous répond Bienvenue, qui est la traduction de You're welcome, en usage aux USA en réponse à Merci (thank you en idiome local). Il est vrai qu'au Québec, on parle français, mais pas forcément le français en usage en France !

C'est toujours amusant de voir l'usage de mots d'une langue dans la pratique d'une autre langue. Aux USA, un rendez-vous n'est pas un appointement, l'un est destiné à une rencontre galante, l'autre, c'est avec son médecin ou son banquier ! Par contre, le mot restaurant, de l'autre côté de l'Atlantique, est resté un restaurant, comme à Paris ou à Marseille. 

Le voyage des langues et autres idiomes sur la Terre est passionnant ! 


 

23 sept. 2021

Le grand voyage des patins de chaise

J'en avais marre, chaque fois que je déplaçais mes chaises de cuisine, d'entendre le bruit désagréable que ça faisait sur le carrelage. Il me fallait donc des patins, de ces trucs que l'on colle sous les pieds, et qui suppriment les raclements déplaisants.

C'est là que j'ai vu une publicité sur Facebook pour des housses de protection en silicone et feutre, pour les pieds de chaise. C'est ça qu'il me faut, d'autant plus que le prix était tout à fait convenable, et que ça m'évitait d'aller prospecter Dieu sait où et de ne pas savoir les poser. Là, ça s'enfile comme des petites chaussettes.

Je commande donc ce produit le 13 septembre et reçois dans la foulée un numéro pour le suivi du colis. J'apprends ainsi que la commande a été reçue le jour même au centre d'expédition, et que le 14, elle était transmise à l'entrepôt de Shenzhen d'où elle repartait pour arriver à l'aéroport le 15 septembre. Au passage, j'ai appris que Shenzhen était une ville chinoise de 13 millions d'habitants, de la province de Guangdong, au sud-est de la Chine. Comme quoi, acheter des patins de chaise améliore la culture générale !

Le colis est parti de l'aéroport le 17 septembre, pour un voyage de 10.000 kms..... J'imagine les hurlements des écolos pestant contre l'empreinte carbone, même si mes petits patins ne sont pas partis en avion privé et doivent voyager avec beaucoup d'autres produits.

Le 18 septembre, il est arrivé, je suppose à Roissy, et le lendemain, il passe à la douane avec succès (non, ce ne sont pas des patins remplis de cannabis...). Maintenant, il est en France, où va-t-il aller ensuite ?

... A Paris, où il arrive le lendemain, et d'où il est acheminé vers le tri local. Le 21, il est annoncé se dirigeant vers ma maison, via La Poste, ce qui ne veut pas dire qu'il arrivera le lendemain, ça dépend, s'il y a du vent, si le facteur est bien disposé... Suite et fin ?

Et le 22 au matin, le petit colis était dans la boîte aux lettres. Les patins et leur manchon en silicone sont posés, et tout est redevenu silencieux dans la cuisine !

Mais quel périple pour quelques grammes de patins ! Quel miracle aussi qu'un si petit colis ne se soit pas égaré entre la Chine et la Normandie ! Quand même, la mondialisation, c'est quelque chose !  

1 sept. 2021

Retour en arrière

Non, ça n'en est pas une !

Autrefois, certains jours du mois, les femmes devaient utiliser un accessoire indispensable, la serviette hygiénique. Un objet en coton, peu confortable, dont l'entretien était bien fastidieux.

C'était... Il y a longtemps, au moins 60 ans, une éternité pour nos jeunes écolos qui n'ont jamais connu ça, et pour cause. Ensuite, on a pu utiliser des produits jetables qui évitaient une sacrée corvée. Voilà une annonce parue sur un célèbre réseau social :

 SERVIETTE HYGIÉNIQUE ET PROTÈGE SLIP 🌼
🌞 Saine, pratique, adaptable, discrète … et ZÉRO-DÉCHET !
✔️ 1 face en coton et 1 face en coton ciré (imperméable)
✔️ Intérieur en éponge de coton ULTRA-ABSORBANT
✔️ Lavable en machine et séchage en machine

Ben voyons, quel retour en arrière ! Nous voilà revenues à la corvée de lessive, et quelle corvée, avec du linge qu'il faut faire bouillir (enfin, non, puisqu'il y a du coton ciré qui ne résisterait pas, donc, l'hygiène n'est pas respectée..), et on prétend que c'est zéro déchet ? Alors qu'on va gaspiller de l'eau, utiliser du courant électrique et de la lessive laquelle laisse des résidus dans la nature, alors zéro déchets, à d'autres !

Ne vaudrait-il pas mieux trouver un matériau non polluant, ou recyclable, plutôt que d'imposer aux femmes une telle corvée dont elles étaient si heureuse de se passer... A vous dégouter de l'écologie quand elle devient un châtiment, ramenant les femmes à ce que certains pensent être leur place (la cuisine, le ménage, la lessive), parce que ce sont rarement les messieurs qui font la lessive, surtout de ce genre d'objet, c'est lamentable en un mot.

Je ne donne évidemment pas le nom du commerçant qui vend ces objets...